Faites un don! / Make a donation

N'ayant reçu aucune subvention gouvernementale, j'espère financer le montage et la distribution du documentaire sur les non-parents Maman? Non merci! avec des contributions volontaires.

Le montage coûtera à lui seul près de 15 000 $. J'espere donc que vous m'aiderez a financer mon documentaire en achetant le DVD d'avance (pour seulement 25$CAN ou environ 20 euros avec les frais d'envoi) que je vous enverrai dès sa sortie (il n'y a pas encore de date précise de sortie.) Vous aurez le choix de télécharger le film en HD ou de recevoir un DVD (zone 0 lisible partout au monde) par la poste.

Vous pouvez évidemment contribuer plus! N'ayez crainte, ce film se fera, coûte que coûte, je travaille sur ce film depuis près de 6 ans et je n'abandonnerai pas! L'argent reçu est utilisé pour payer les gens qui travaillent avec moi : preneurs de son, monteurs, mixeurs, etc., et pour les très chères salles de montage et de mixage sonore. Je ne me verse aucun salaire!

(Make a donation)


dimanche 12 octobre 2014

Des nouvelles de mon documentaire

Bonne nouvelle, chères contributrices, lectrices, amies et homologues masculins,

je suis en plein rush de montage ! Eh oui, après avoir vendu mon appartement il y a quelques mois, j'ai maintenant l'argent nécessaire (vive les cartes de crédit !) pour terminer mon film.



Il n'y a toujours pas de date officielle de sortie de prévue - je vous en donnerai une dès que j'en aurai une - mais le projet avance bon train.

Je serai donc en montage intensif lors des prochains mois afin de terminer ce projet le plus rapidement, mais efficacement possible.

Comme certaines d'entre vous le savent, en janvier, cela fera six ans que j'ai commencé ce projet de film documentaire. Je ne m'attendais aucunement à ce que « mon bébé » prenne autant de temps à naître. Mais dans la conjoncture économique actuelle, avec toutes les coupes budgétaires dans le domaine des arts et de la culture, je ne suis malheureusement aucunement une exception au Québec. Faire un film complètement en dehors du système, de manière DIY, ça prend du temps... et de l'argent qu'on n'a malheureusement pas toujours.

C'est donc avec grand plaisir que je vous annonce que la période de post-production est bel et bien en branle et que Maman ? Non merci ! devrait être prêt d'ici quelques mois.

Je ne vous oublie donc pas, chères lectrices et lecteurs, et tenterai de vous donner des nouvelles de la post-prod le plus souvent possible.

Sachez qu'il est toujours possible d'acheter le DVD de Maman ? Non merci ! avant sa sortie officielle afin de m'aider à défrayer les coûts de la post-production (qui sont franchement faramineux) en m'envoyant un don de $25 (ou plus) par Paypal. Vous n'avez qu'à cliquer sur l'icône Faire un don, ci-bas.

vendredi 3 octobre 2014

Un shower de bébé... childfree?

J'ai une petite question pour vous, chères lectrices et lecteurs. Une amie m'a demandé d'organiser son "baby shower" en y insufflant de mes convictions childfree.

Ouf, toute une affaire! Surtout pour une fille qui n'a jamais été dans un "baby shower". Auriez-vous des idées de jeux amusants à faire pendant la soirée qui seraient hors norme voire childfree?

mardi 5 août 2014

About my childfree documentary - A Q&A with Laura Carroll

Q&A With Magenta Baribeau on her documentary, Maman? Non merci!
Collaboration with Laura Carroll of ICD.

I recently had the pleasure of talking with Magenta Baribeau, the 2014 Childfree Woman of the Year about the documentary she is working on, Maman? Non merci! Here’s the Q&A:

What inspired you to do your documentary, Maman? Non merci! (roughly translated as Being a mom? No thanks!)

I started thinking about doing a documentary film about women who chose not to procreate in the fall of 2008 after hearing one too many “Oh, you’ll change your mind!” comments said to me strangers after I  answered their question about my not wanting any kids. I started wondering if I was the only thirty year old in the world who did not want to have children. I realized there was a lack of representation of childfree women in the media and searched for documentary films on the subject and couldn’t find any. That’s how I got the idea to make my own.

How did you find childfree people to interview in Canada, France and Belgium?

I decided to interview various people from the Western world about their disinterest in maternity because I wondered if there was a difference in perception between various countries. I also opted for Western countries because I knew that there would be such a great difference in opinions and laws if I were to include, let’s say Africa and Asia, that I’d have enough material for 3 more films!

So I chose France, Belgium and Canada mostly because my first language is French and I wanted to make a French-language film (with English subtitles). I noticed that a lot of books on the subject were written by French and Belgian women and that’s how I ended up flying across the great pond to interview them.
Furthermore, after deciding to make a film on the reality of childfree women, I wanted to meet as many as possible, so I started a blog on the subject and got great responses from all over the globe. I interviewed close to fifty women in and around Montreal and finally selected about fifteen Canadian women to showcase in my film.

Why have you interviewed childfree people and people who changed their minds and became parents?

My film is about childfree women, women who really know that maternity is not for them for various reasons. They are the main focus of my documentary. I chose to film women instead of men or couples because in my research, I found out that there is a much greater pressure to procreate exerted on women than on men. So I thought I’d give them a voice.

But to put their experience into perspective, I had to also interview couples and even a former childfree woman who decided at age thirty-seven her reasons not to have any children weren’t valid anymore. I thought it important to add her views to the film, not because, like most people think, we will sooner or later “change our mind and want to become parents,” but because there are as many reasons not to want children as there are childfree people. Every experience is both unique to each individual and shared by other childfree people around the globe.

What have you learned the most from producing your documentary so far?

That it is a hard and long process... haha especially when you’re doing a DIY film. Quebec and Canada have been cutting funding to the arts for the last four years and documentary filmmaking has been the hardest hit. There used to be a lot of resources to help budding filmmakers make their first film, but now everything has been cut.

We don’t have patrons or sponsors in Canada to help directors make a film; we rely on government help and right now there isn’t any. Even major directors that have been to Cannes and nominated for Oscars have trouble finding funds to complete their films, so imagine a first-time director such a myself!

That said, I have a bachelor’s degree in cinema and know a lot of ways to make a film on a small budget. I started a crowdfunding campaign a few years ago on IndieGogo to help me fund my film by asking people to contribute what they can (from $10 to…well, the sky’s the limit). I have spent a lot of time networking, trying to get funds so I can pay my collaborators (soundman, editor, music composer, etc.)—time I could not spend on my film. Making DIY films is a full-time job, yet you have to make ends meet and pay your rent. It’s been quite the puzzle.

I’ve learned a lot from the process, not only artistically speaking, but also on a personal level. I’ve met incredible people on this journey, people who believe in my film and have contributed time and money just because they think this subject ought to hit the festival circuit and be shown in theaters because not wanting children is still a taboo in 2014.

The film has received a lot of interest from local and international media, which is making me hopeful that maybe one day, not wanting children will be regarded as just another lifestyle that deserves respect, which is the very subject of my film.

How can people help you fund the post-production phase and help get your film out into the world?

After five years on the project, I’m now at the editing stage, which is the longest and most costly stage. I need to book rooms and editors (for both the sound and image), and so far I’ve been really fortunate.  I was awarded fifty percent off at one of the best post-production studios in Montreal.

Still, even after fifty percent off, paying people to edit the film full-time for three months will still cost me close to $15,000. I’ve managed to save up $5,000 by working like a maniac, selling my house and through my crowdfunding campaign. I’m still $10,000 short. Any financial or volunteer help would be most welcome. I may need help starting and managing a new crowdfunding campaign.

It is possible to buy the DVD of my film in advance on my blog for $25 (click the Paypal icon), which will help me finish it. It is also possible to contribute more. Anyone donating $100 or more will be featured in the credits and thanked a million times!!

(Make a donation)
 

vendredi 1 août 2014

Magenta Baribeau - lauréate du prix "Childfree woman of the year"



« Le 1er août 1973, l'Alliance nationale pour la maternité facultative (National Alliance for Optional Parenthood) a décidé de célébrer quelque chose d'extraordinaire, soit la Journée des non-parents en décernant un prix masculin et féminin à des non-parents. L'an dernier, soit 40 ans plus tard, nous avons choisi de faire revivre cette initiative et l'avons nommée Journée internationale des childfree (International Childfree Day). 
Cette année, deux Canadiens sont à l'honneur en tant qu'homme et femme childfree de 2014. La femme childfree de l'année est Magenta Baribeau, documentariste et blogueuse, et l'homme childfree de l'année se nomme Dann Alexander.
Dann Alexander est un écrivain pigiste de la Nouvelle Écosse. Son livre, Planned Unparenthood: Creating a Life Without Procreating, a joué un rôle significatif dans l'univers des non-parents en tant que premier livre écrit par un homme sur ce sujet. Dann a contacté de nombreux hommes childfree afin de les encourager à partager leur histoire personnelle, même si certains d'entre eux craignaient de parler ouvertement de leur non-désir d'enfant. Il blogue et écrit sur divers sujets childfree par volonté de rejoindre un auditoire international et partager ses pensées sur le mode de vie childfree. Dann envisage également de travailler avec de nombreux groupes de défense des droits des non-parents afin de promouvoir la question childfree autour du globe. On peut le contacter sur Twitter @WriterDann. »
Vous pouvez trouver plus d'information au sujet du International Childfree Day ainsi que des lauréats sur la page (anglophone) de l'ICD.

Encore une fois, merci au comité de sélection de m'avoir choisie. Je suis très touchée!

jeudi 31 juillet 2014

Encore un peu d'aide?

Chères lectrices, chers lecteurs,

mes salles de montage sont réservées pour cet automne-hiver (2014-2015), si la tendance se maintient, mon fameux documentaire sur les non-parents devrait voir le jour au printemps 2015 !

Je me permets encore de vous demander un petit peu d'aide afin de terminer mon montage. Comme vous le savez peut-être, l'étape du montage est très longue et coûteuse. Les salles de montage coûtent environ 90 $/heure et monter un long métrage prend environ trois mois ! C'est sans parler du salaire que je devrai verser aux monteurs d'image et de son ainsi qu'au compositeur de musique qui m'aideront à peaufiner mon travail et à m'assurer que mon film soit d'assez bonne qualité pour se rendre en festival.


Bref, il est toujours possible d'acheter mon DVD d'avance pour 25 $ CAN (ou 20 €) en m'envoyant les fonds par Paypal ou par courrier (écrivez-moi pour obtenir mon adresse).


(Make a donation)
Vous pouvez évidemment contribuer plus ou moins que 25 $. Tout généreux donateur de 100 $ ou plus sera remercié dans le générique de mon film et obtiendra ma gratitude éternelle!

Si vous n'êtes pas en mesure de contribuer financièrement, mais souhaitez toutefois m'aider d'une autre manière, je cherche également des bénévoles capables de:



  • faire du montage sur Avid et résidant à Montréal
  • créer un poster pour mon film (j'aimerais un dessin représentant le sujet de mon documentaire)
  • composer de la musique instrumentale pour mon film
  • me céder les droits d'une de leurs chansons childfree pour le générique
  • m'aider à créer, gérer et promouvoir une nouvelle campagne de crowdfunding.
Merci encore pour toute votre aide et patience au cours de ces cinq dernières années. Faire un film DIY est un long procédé, mais je ne me décourage pas !

mardi 22 juillet 2014

Rencontre médicale pour une ligature de trompes

Il y a près de cinq ans, j'ai eu la chance de rencontrer une gentille gynécologue qui était prête à me faire une ligature des trompes. J'ai eu peur - non pas de changer d'avis, mais j'ai une phobie des interventions médicales - et j'ai décidé de laisser faire et de continuer à prendre la pilule. Récemment, j'ai décidé de mettre fin à ma prise de médocs et de prendre mon courage à deux mains pour obtenir une ligature.

Au Québec, lorsqu'on souhaite se faire ligaturer, notre médecin de famille nous envoie rencontrer un.e gynécologue qui décide ensuite de nous donner - ou non - une référence pour obtenir cette chirurgie à l'hôpital. J'avais rendez-vous ce matin avec un gynéco que je ne connaissais pas.

En entrant dans son bureau je constate deux choses, l'une, que c'est un homme, et l'autre qu'il est magrébin. Si je mentionne ce fait, ce n'est nullement par racisme ou sexisme. Je me suis simplement dit que ça allait sûrement être plus compliqué qu'avec une femme québécoise, le Québec étant reconnu pour être plus ouvert d'esprit à l'égard des contraceptifs que l'Afrique du Nord. De surcroît, je dois avouer mon penchant pour les gynécos féminins, selon moi - et cela n'a rien à voir avec la compétence puisque je crois que les deux sexes sont aussi compétents l'un que l'autre - une femme est plus apte à comprendre réellement le système reproducteur féminin qu'un homme puisqu'elle en porte un avec elle 24 heures sur 24.


Dr Khaled : Alors tu viens me voir pour... (il regarde mon papier de référence) une ligature de trompes? Dit-il non seulement en me tutoyant, mais aussi d'un air un peu surpris.

Moi : Oui.

Dr Khaled : T'as quel âge?

Moi :Trente-six ans. (Je me retiens de lui demander pourquoi il me demande mon âge, question de ne pas avoir l'air bête en partant.)

Dr Khaled : Ah. T'as déjà eu des enfants?

Moi : Non.

Dr Khaled : T'as pensé à d'autres moyens de contraception?

Moi : À ce point-ci, non. J'ai tout essayé et là, je veux quelque chose de permanent.

Dr Khaled : T'as essayé quoi?

Moi : Pilule pendant 18 ans, Depo-Provera, stérilet... (Bon, d'accord, j'ai menti sur ce coup-là, mais j'ai tellement d'amies qui m'ont raconté leurs problèmes avec le stérilet que j'ai décidé de faire leur expérience mienne).

Dr Khaled : Et ça marche pas?

Moi : Oui, mais je ne veux plus rien prendre avec des hormones. Je suis tannée de prendre des médicaments.

Dr Khaled écrit dans mon dossier « tannée » (« J'en ai marre » pour mes ami.e.s européens.)


Dr Khaled : Tu sais que c'est permanent..

Moi : Oui. C'est la raison pour laquelle je veux une ligature et non pas un stérilet qu'il faut changer aux cinq ans.

Dr Khaled : Tu pourrais regretter. Ça fait 30 ans que je fais des ligatures et je te dis, dans 50 % des cas, les femmes regrettes.

Je suis dubitative. Selon mes recherches - ça fait quand même cinq ans que je travaille sur mon documentaire et que je lis sur le sujet - très peu de femmes au Québec changent d'avis ou regrettent leur ligature. Surtout qu'il faut toujours se battre avec des docteurs pour avoir le droit d'en avoir une.


Moi : 50 %, vraiment? J'en doute un peu. Vous avez pris ce chiffre-là où? Est-ce que les statistiques sont les mêmes depuis 30 ans, sans variation? Dans les années 80, 50 % des femmes voulaient que vous renversiez leur ligature et en 2010, 50 % encore? Ça me semble surprenant.

Dr Khaled : 50 % des femmes entre 25 et 30 ans regrettent. Ensuite entre 30 et 35, ça diminue et après 35, ça devient minime.

Moi : Justement, j'ai 36 ans et je sais que je ne regretterai pas, je ne veux pas d'enfants.

Dr Khaled : Ah là là, mademoiselle, il ne faut pas dire ça. Il ne faut jamais dire : « Fontaine, je ne boirai pas de ton eau. »

Moi : Euh oui, en fait, on peut le dire, quand on sait qu'on n'en veut pas, qu'on n'en a jamais voulu et que rien ne pourrait arriver pour nous faire changer d'avis, on peut dire qu'on ne veut pas d'enfants.

Dr Khaled : Des femmes qui avaient eu cette chirurgie sont revenues me voir et elles me disaient: « Mais là, j'ai un nouveau copain et...» « J'ai rencontré quelqu'un...» « J'ai fait une erreur. »

Moi : Monsieur, je trouve ça infantilisant et condescendant de se faire dire ça. Ce serait vraiment surprenant qu'autant de femmes regrettent soudainement après une opération majeure - parce que j'admets que c'est une grosse opération avec anesthésie générale - et se disent : « Oh merde, j'ai un copain maintenant, toutes mes convictions tombent à la poubelle. »
 
Dr Khaled : Bon, je vois que je ne te ferai pas changer d'avis.

Il écrit ça dans mon dossier puis me remets une référence pour obtenir une ligature à l'hôpital. Je me lève donc. Il rajoute:

Dr Khaled : Mais tu sais, c'est une opération majeure et il y a BEAUCOUP de risques. Tu pourrais MOURIR.

Je le vois arriver de loin sur ses grands chevaux. C'est vrai, toute chirurgie avec anesthésie peut avoir des complications, mais de dire à une patiente qu'elle peut crever alors qu'en fait il y a une chance sur 10 000 qu'il y ait des complications, c'est non seulement mélodramatique, c'est de la désinformation (voir ci-bas).

Dr Khaled : Bon, oui, les risques sont minimes, mais je dois te le dire parce que moi, je suis contre cette procédure qui n'est pas du domaine de la contraception, mais de la mutilation.

Moi : Euh... je suis d'accord avec vous que c'est une mutilation dans le sens strict du terme, en effet, nous ne sommes pas nées avec des trompes ligaturées, ceci dit, cela reste une méthode de contraception.

Dr Khaled : En plus des risques liés à l'anesthésie et à la chirurgie - le médecin pourrait perforer des organes, il pourrait y avoir des infections, etc. - (dans ma tête, je me dis qu'il ne fait pas trop confiance aux chirurgiens québécois... je ne me ferai pas faire ma ligature dans le fond d'un garage par un itinérant saoul, mais par des docteurs spécialisés), tu risques d'avoir très mal au ventre, des saignements abondants parce que le corps n'est pas fait pour la ligature et réagit très mal. Et tu peux encore tomber enceinte, c'est arrivé à la femme d'un de mes collègues. En plus, ça va vraiment accélérer ta ménopause.

On continue de s'obstiner un peu puis il finit par avouer:

Dr Khaled : Je ne recommande pas la ligature. Je suis contre, en fait. Donc mon but était d'essayer de te décourager.


Un médecin ne devrait jamais essayer de décourager une patiente déterminée à avoir une ligature de ne pas le faire parce que ça va à l'encontre de sa philosophie personnelle ! Je ne demandais pas à avoir une opération de mutilation complètement loufoque (« Pourriez-vous m'enlever l'épaule gauche, je ne l'aime plus trop... ») ni même une opération controversée. La ligature de trompes est une méthode de contraception permanente recommandée par l'Association des obstétriciens et gynécologues du Québec.

Ah et puis, évidemment, ce gynéco ne m'a absolument pas parlé de stérilisation transcervicale (Essure).


Rétablissons ici les faits.

En ce qui a trait au taux d'échec
Selon le site de l'AOGQ, le taux d'échec associé à une ligature tubaire est infime : « Malgré une ligature tubaire parfaite, il peut y avoir une grossesse dans environ 1 cas pour 1000. »

Selon le document Consensus canadien sur la contraception de la SOGC : « Les probabilités cumulatives d’échec à 10 et à 20 ans sont affectées par l’âge de la patiente au moment de la ligature des trompes. En effet, la probabilité d’échec chez les femmes âgées de 28 ans ou moins au moment de la stérilisation est supérieure à celle des femmes qui sont âgées de plus de 34 ans au moment de celle-ci, et ce, peu importe la méthode utilisée »

En ce qui a trait aux complications
Selon le site de la SOGC, les complications de la ligature des trompes sont : « Le saignement, l’infection ou la réaction à l’anesthésie peuvent se produire. Également, il se peut que d’autres organes, tels l’intestin, la vessie, l’utérus, les ovaires, les vaisseaux sanguins et les nerfs soient endommagés. Ceci se produit dans 1% à 4%. Un cas sur 1 000 peut nécessiter une chirurgie pour réparer un vaisseau sanguin principal ou une colostomie temporaire. Une chirurgie d’urgence, des transfusions de sang ou une incision plus large peuvent être nécessaires afin de réparer les blessures et compléter la procédure de façon sécuritaire. Certaines blessures peuvent ne pas être évidentes pendant plusieurs jours, lesquelles nécessiteront une autre chirurgie. Quoique rares, des décès ont aussi été rapportés lors d’une ligature des trompes. »

En ce qui a trait au nombre de réanastomoses (renversement de la ligature)
Le document Consensus canadien sur la contraception de la SOGC cite une étude américaine à propos du regret. Voici les conclusions de cette étude. « The cumulative probability of a woman expressing regret within 5 years after her husband's vasectomy was 6.1%, which was similar to the 5-year cumulative probability of regret among women after tubal sterilization (7.0%). Women who reported substantial conflict with their husbands before vasectomy were more than 25 times more likely to request that their husband have a reversal than women who did not report such conflict (rate ratio 25.3). Similarly, women who reported substantial conflict with their husbands or partners before tubal sterilization were more then three times as likely to regret their decision and more than five times as likely to request a reversal than women who did not report such conflict (rate ratio 3.1 and rate ratio 5.4, respectively).

Bref on est dans de très petits pourcentages... très loin du 50 % de mon gynécologue. 

En ce qui a trait au lien entre la ligature et la ménopause ou aux règles abondantes.
Je n'ai trouvé aucune étude sur Internet montrant un quelconque lien entre la ligature des trompes et une ménopause accélérée. Le document Consensus canadien sur la contraception de la SOGC mentionne même : « Certains estiment que des règles anormales surviennent à la suite d’une stérilisation et l’apparition d’un « syndrome post-ligature des trompes » a été proposée en guise d’explication. Aucune donnée ne soutient cette hypothèse.» Et cette étude n'a trouvé aucune corrélation entre la stérilisation et la ménopause.

Deux méthodes de contraception : ligature et Essure
« Il existe actuellement en France [et au Qu/bec] deux techniques. La plus ancienne est réversible et se pratique sous anesthésie générale. Par coelioscopie, le médecin fixe un clip sur chacune des trompes. Dans 80 % des cas, en ôtant le clip et la partie de la trompe abîmée par le pincement, une grossesse est à nouveau possible. La technique plus récente, sous anesthésie locale, est définitive. Le médecin dépose à l'entrée de la trompe un ressort qui provoque une petite inflammation, la muqueuse s'épaissit et finit par former un bouchon. Dans tous les cas, une ligature des trompes n'a des conséquences que mécaniques. Elle ne change rien au fonctionnement de l'ovaire et au désir sexuel. La femme stérilisée continue d'ovuler (chaque ovule non fécondé est ensuite digéré), d'avoir ses règles, et aura une ménopause comme les autres. » Source: Libération.fr

Selon le document Consensus canadien sur la contraception de la SOGC : « Cette procédure [Essure] offre de nombreux avantages potentiels par comparaison avec les autres méthodes de stérilisation : aucune incision n’est requise; elle est effectuée sous anesthésie locale ou sédation minimale, en cabinet, et est suivie d’une récupération rapide. »

Je conclue en citant une amie : « C'est fou, j'ai plein d'amies qui ont eu des chirurgies esthétiques et ne se sont pas fait décourager de la sorte. Elles aussi auraient pu le regretter. »

Comme quoi, une femme ne peut toujours pas ne pas souhaiter avoir d'enfant et ne pas le regretter. Y a encore du travail à faire!

lundi 2 juin 2014

Entrevue humoristique à La soirée est encore jeune

Vendredi dernier, j'ai été invitée à participer à l'émission La soirée est encore jeune sur les ondes de la radio de Radio-Canada. C'est une émission humoristique, mais j'ai quand même réussi à faire passer mon message... et ai envoyé quelques petites pointes à la ministre de la Culture qui était en studio avec moi.

Je vous invite à écouter mes segments ici : Jean-Sébastien Girard rencontre Magenta Baribeau du « mouvement » childfree.

mercredi 28 mai 2014

Le/La childfree de l'année

L'ICD (L'International Childfree Day) est à la recherche de candidat.e.s pour l'édition 2014 pour les titres d'homme et de femme childfree de l'année. L'an dernier, mon bon ami, l'écrivain Théophile de Giraud, remporta le titre.



Pour en savoir plus à ce propos, je vous invite à visiter le site de l'ICD (en anglais) seulement. Vous pouvez également proposer la candidature d'une personne de votre choix :)

mardi 1 avril 2014

Nouveau livre childfree

« Vient de paraître un livre sur les Childfree Pas d'enfant pour Athéna, préfacé par Elisabeth Badinter: un essai romanesque, avec émotion, humour et rebondissements.
A partir de portraits parallèles entre femmes contemporaines et déesses grecques ayant toutes tourné le dos à la maternité, on découvre sept voies de réalisation de soi : les Grecs avaient compris avant nous qu'une femme se réalise entièrement, aussi, sans être mère. »


En France, il est disponible en librairie, mais au Québec, vous pouvez demander à votre libraire de le commander. Il n'aura qu'à contacter 

Pour plus d'information, je vous invite à consulter le site web de l'auteure: Pas d'enfant pour Athena d'Édith Vallée.

vendredi 24 janvier 2014

«Let's Ruin It With Babies» un film pro-childfree?

Je n'ai vu que la bande annonce alors c'est difficile de se prononcer sur les enjeux réels de Let's Ruin It With Babies! (Ruinons notre vie en ayant des bébés!), mais ça a l'air assez sympa.

Le film fera le tour de certains festivals. Espérons qu'il vienne près de chez nous ou qu'on puisse bientôt le voir en ligne!

mardi 14 janvier 2014

Avoir des enfants n'apporte pas plus de satisfaction que de ne pas en avoir

Le quotidien La Presse publiait hier un article à propos d'une étude américaine qui conclue que

Avoir des enfants n'apporte pas plus de satisfaction que de ne pas en avoir, tout au moins dans les pays riches.

Une conclusion qui ne me surprend guère puisque si on a des enfants sans les vouloir, on doit être très malheureux et que si on en veut sans pouvoir en avoir, ça doit également être très douloureux. Reste que si tout le monde s'écoute et fait ce qu'il-elle a envie de faire sans se laisser faire par la pression sociale, on doit être aussi heureux avec ou sans enfant.

mardi 7 janvier 2014

Bonne année!

Chères lectrices, chers lecteurs,

premièrement, laissez-moi vous souhaiter une très belle année 2014 remplie d'accomplissements personnels, luxe, calme et volupté.

Si je suis silencieuse sur ce blogue, ce n'est pas parce que je vous ai oublié-es, mais bien parce que je travaille toujours au montage de mon documentaire. C'est un travail très long et lent, mais ne vous désespérez pas, le projet avance bien et je vous tiendrai au courant lorsque j'aurai une date de sortie.

M.

dimanche 24 novembre 2013

lundi 2 septembre 2013

Zone sans enfant dans les avions

Je vous avais déjà fait mention d'une compagnie aérienne irlandaise qui voulait commencer à offrir des vols sans enfants (qui s'est avéré être un canular du 1er avril). Mais c'est finalement une compagnie de Singapour, Scoot Airlines, qui a instauré une zone sans enfants de moins de 12 ans dans ses avions.

À lire ici : http://www.atlantico.fr/atlantico-light/compagnie-aerienne-instaure-zone-interdite-aux-enfants-831225.html

vendredi 23 août 2013

La force de ses convictions

J'aimerais beaucoup avoir le courage de parler à mes voisins du son inapproprié que font leurs enfants. Je tiens tout de suite à dire aux parents qui me liraient que je sais pertinemment que je vis en société, que les enfants ont le droit de s'exprimer et que cela fait partie des choses normales de la vie. Tout à fait. Ceci dit, il faut quand même les encadrer.

Quand j'étais enfant, ma mère me disait souvent : "Baisse le ton." "Parle moins fort." "Crie pas, t'es pas toute seule au monde." Mon enfance n'a pas été brimée pour autant. Au contraire, j'ai appris que j'évoluais à l'intérieur d'une collectivité et que la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres, bref que je pouvais m'amuser et exister sans pour autant faire chier les gens autour de moi.

En tant qu'adulte, je ne parle donc pas très fort, je suis une bonne voisine qui ne marche pas fort, qui enlève ses chaussures à l'intérieur, qui ne claque pas les portes, qui ne met pas la musique à tue-tête. Bref je respecte le droit à la quiétude des autres. Et j'aspire à ce que ce soit réciproque.

Je sais que dire aux autres comment élever leurs enfants est un sujet sensible, voire à éviter tant que possible. Mais pour quelle raison ne peut-on pas, en tant qu'humain membre d'une collectivité, émettre une opinion quant à certains comportements problématiques? Le bruit excessif est un grave problème de discorde en société. On appelle la police pour se plaindre de la musique d'un voisin qui fait vibrer notre vaisselle à toute heure du jour ou de la nuit, d'un party qui nous réveille à grands coups de drum and bass, etc. Pourquoi doit-on tolérer le bruit infernal que mènent des bambins lorsque c'est réellement épouvantablement fort? Parce qu'il faut bien que jeunesse se passe? Oui... et non.

Il y a un peu plus de deux ans (et je vous en avais déjà parlé à l'époque), j'ai changé de quartier pour m'établir dans Rosemont qui est certainement un lieu plus familial que Centre-Sud. Et j'ai rapidement sû que mes voisins avaient des jumeaux en bas âge – ils doivent avoir à peu près quatre ans maintenant – qui HURLENT à plein poumons dès qu'ils sont dehors. Le problème, c'est que mon appart est situé à l'arrière du building, à environ un mètre de leur cour, et que j'entends tout comme si ça se passait chez moi. Ce qui me met le feu au c-- (pour reprendre une expression de ma mère), c'est que les parents sont là, dehors, avec les enfants, et qu'ils ne font rien, rien du tout, pour que le volume baisse. Au contraire, ils leur achètent des jouets hyper bruyants et parlent très fort entre eux. Comme quoi, le problème est vraiment au niveau de l'éducation des enfants.

Bref, ça fait deux ans que j'endure, me disant que ça va passer, que ça va s'améliorer, mais non. J'aimerais avoir le courage de mes convictions et prendre le temps de descendre leur parler au risque de passer pour une folle, ce que je ne crois réellement pas être. La tolérance est une vertu, mais elle a aussi ses limites. Reste juste à trouver une manière de leur expliquer la situation calmement, parce que généralement, je n'ai envie de leur parler que lorsque je suis excédée... À suivre.

Si cela vous est également arrivé, je serais curieuse de savoir comment vous avez réglé la situation.