dimanche 21 juillet 2013

Les bébés de stars

S'il y a bien une chose que je ne comprends pas, c'est tout l'engouement de la population envers les bébés de stars. Où réside l'intérêt qu'ont les gens envers la progéniture de gens (aussi célèbres soient-ils) qu'ils ne connaissent pas? En quoi est-ce important qu'une star se reproduise?

Je me pose des questions à ce sujet depuis longtemps et ça m'est revenu récemment en voyant l.immense couverture de presse de l'accouchement de Kate Middleton. Pardon, correction, la couverture de presse du futur accouchement, parce que pour l'instant, il n'y a rien à rapporter. Franchement! Des journalistes attendent inlassablement que la tête de bébé sorte des entrailles de la princesse. Pourquoi? Ce pourrait être un fait divers, tout au plus, mais ce cirque médiatique me semble tout à fait disproportionné quant à l'importance qu'a cet événement dans la vie de tout un chacun.



(Source: Radio-Canada, Crédit: AFP/JUSTIN TALLIS)

Pendant que toute l'info en continu sur les people continue d'endormir les gens (le caricaturiste du Soleil l'a très bien cerné!), personne ne réfléchit à changer le monde. Si la religion était autrefois l'opium du peuple, la star-manie a vite pris sa place. Allez, gavons-nous de fast food intellectuel et fermons les yeux sur tous les problèmes environnementaux, politiques et sociaux qui nous entourent. Diantre!
(Caricature parue dans Le Soleil de Québec.)

Accoucher n'est quand même pas un moment rarissime au monde. Je comprendrais si on était dans une société où les gens avaient arrêté de procréer, mais on est bien de Children of Men (Les Fils de l'homme).

(Bravo pour cette contribution à la surpopulation humaine.)

Bref, je vous en conjure, cessez de lire des magazines à potins et cessez de donner de l'attention aux stars enceintes. Ce n'est pas important. Il y a tellement mieux à faire dans ce monde que de lire des inepties sur les stars. 

mercredi 17 juillet 2013

Être mère, un travail fatiguant!

Un récent article intitulé Les mères doivent effectuer 26 tâches avant d'aller travailler me rappelle tout le travail que les mères font. Chapeau, mesdames!

"Les 2 000 mères [anglaises] qui ont répondu au sondage admettent volontiers se sentir bien souvent débordées. Ainsi, 85 % d'entre elles ont déclaré que leur charge de travail peut parfois devenir trop importante [...]. 80% avouent également qu'il leur est parfois impossible de se rappeler tout ce qu'elles doivent faire chaque jour.
Beaucoup regrettent aussi la faible implication de leur conjoint dans les tâches relatives à la famille : 70% des mamans sondées ont ainsi déclaré ne recevoir aucune aide de leur partenaire dans les tâches liées aux enfants."

Par contre, messieurs, il reste encore du travail à faire!

Je tenais à publier les résultats de ce sondage sur mon blog de childfree puisque souvent on m'a écrit pour me dire: "Tu risques de regretter ne pas avoir d'enfant." "Tu ne sais pas ce que tu manques..." Bien, en fait, je crois bien savoir ce que je manque. Je suis déjà débordée sans enfant, je n'ose même pas imaginer ma vie avec 7 heures de tâches quotidiennes de plus!

C'est bien en toute connaissance de cause que nous pouvons affirmer ne pas vouloir d'enfant. En effet, je ne crois pas qu'il est nécessaire d'essayer la vie de famille pour savoir si ça nous intéresse ou non. Je n'ai jamais fait de parachutisme, peut-être, en effet, est-ce ça pourrait me manquer, cependant, me connaissant, ça ne me semble pas du tout intéressant. Je respecte toutefois les parachutistes et admire leur courage. Cette métaphore s'applique quand même bien à notre situation.

Puisque les childfree n'habitons pas dans un vide stellaire, nous avons tous pu constater ce qu'est la vie familiale en voyant comment vivent frères, soeurs, voisins, amis, etc. C'est difficile! Et pour que ce soit moins difficile et plus plaisant, bien, il faut vouloir faire non pas ce sacrifice, allais-je écrire, mais ce changement drastique de vie. Il faut vouloir être souvent à la maison. Il faut vouloir donner toutes ces heures supplémentaires.

Et moi, je suis essoufflée juste à voir les mères aller! Très peu pour moi.

Sur ce, bonne canicule!

jeudi 11 juillet 2013

Remettre un macho à sa place!

Je ne vous ai pas oubliées, chères lectrices (et lecteurs).

Telle une fourmi, je travaille fort cet été pour amasser des sous pour le montage qui continuera à l'automne.

Entre temps, je partage avec vous un texte jouissif, mais jouissif!! Je l'ai tellement aimé que je l'ai envoyé à toute ma famille, l'ai mis sur mon mur Facebook et maintenant, j'en parle même sur mon blog.

Anecdote d'une journaliste dont l'amie a cassé (voir Brice de Nice) un type qui a sorti une expression sexiste commune. Comme quoi le sexisme, c'est important de le pointer du doigt pour que ça arrête, pour que nos/vos/les futurs enfants ne reproduisent pas les erreurs que nous faisons toutes.

Non, "elle est-tu dans sa semaine", c''une expression de marde! Parce que je sais qu’aucune fille intelligente va finir avec un colon qui justifie le moindre questionnement féminin par une perte de sang menstruel.  
Fait que c’gars là va sans doute finir avec une cruche, ils vont avoir une fille, pis cette fille-là, elle va être élevée dans un environnement où son rôle va se limiter à « apporter une bière à son père » pour ensuite le voir décapsuler la bouteille avec ses molaires et la gratifier d’un « bonne fille » limiteur et réducteur. 
Lisez l'article complet sur le site d'Urbania!