mardi 29 mars 2011

Sous-représentation des femmes en cinéma

Je débute ce billet en citant un récent article du journal Le Devoir sorti lors de la Journée de la femme 2011 en mars dernier à propos des femmes réalisatrice.

J'en avais déjà parlé en février 2010, mais vaut souvent mieux le redire deux fois: les femmes n'ont pas la cote en cinéma. Ce n'est pas qu'elles n'appliquent pas pour avoir du financement, loin de là, ce n'est pas non plus qu'elles n'étudient pas le cinéma (dans ma classe, nous étions beaucoup plus de femmes que d'hommes), c'est simplement qu'on ne nous fait pas confiance. Pendant longtemps, les femmes n'ont eu que des jobs de secrétaire dans l'industrie cinématographique. À tel point qu'un poste s'appelle même (en anglais) "script girl", pas "script person", mais bel et bien "girl" c'est-à-dire le nombre d'hommes qui ont dû occuper ce poste dans les derniers 100 ans...

Si vous aimez les statistiques ou si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire l'étude complète 2011 publiée par les Réalisatrices équitables. Un très intéressant (et alarmant) document!

L'article du Devoir en cite un extrait:
Les filles ne tournent pas plus qu'hier avec, en gros, 28 % des projets acceptés et 17 % de l'enveloppe de production. 
Ce qui me fit tout de suite penser à une citation d'Anne Depétrini, une réalisatrice française:
"Je m'aperçois que ça reste un truc pénible. On doit sans arrêt faire ses preuves. On arrive toujours comme une débutante partoute. Il y a toujours un soupçon: si on réussit pas ou si on réussit. Quel que soit le choix qu'on fait, c'est pas bien, c'est pas ça qu'il fallait faire. Voilà, les gens s'autorisent à parler beaucoup sur nos choix. Il y a quelque chose de moins tracé et évident que pour un homme."
Et encore plus à ma propre situation. J'ai déposé maintenant 8 fois pour avoir du financement pour mon documentaire, autant auprès du gouvernement québécois que canadien, à la SODEC, ainsi que dans divers organismes venant en aide aux artistes. Et c'est toujours la même rengaine: "qu'as-tu fait avant" et "c'est un sujet sensible" et avouons-le, le féminisme a mauvaise presse et mon documentaire ne se cache pas, il est féministe (que pourrait-il être d'autre lorsqu'il questionne la condition des femme en 2011?) C'est un sujet de femmes, réalisé et produit par une femme... oh là là que c'est pas évident!

Mais je crois qu'il est possible de changer les choses. Traitez-moi d'idéaliste autant que vous voudrez. J'ai décidé que coûte que coûte, faille-t-il que je m'endette pour les 30 prochaines années, je ferai mon film. Et si comme moi, vous croyez que c'est possible, alors encouragez-moi, encouragez les arts, encouragez les femmes et contribuez à mon documentaire!

Ou contribuez via Indie GoGo en cliquand sur cette image ci-bas!

samedi 26 mars 2011

Un naturaliste britannique, David Attenborough, nous parle de surpopulation.

Le chercheur naturaliste britannique, Sir David Attenborough, que certains connaissent peut-être puisqu'il est le scénariste de La Planète bleue, et autres émissions sur l'histoire de notre monde sur les ondes de la BBC, se prononçait récemment à propos de la surpopulation et de l'impact négatif de la religion catholique en ce qui a trait aux naissances (principalement dans les pays en développement). 


Je vous invite à lire cet article paru le 11 mars dernier dans The Daily Mail.


En ce qui me concerne, il prêche à sa paroisse, mais j'en conviens, beaucoup ne se questionnent pas encore assez quant au contrôle des naissances. Ce qui me rappelle d'ailleurs que lorsque j'ai été en Afrique, certains locaux me disaient être en défaveur du port du condom parce que "c'est la manière dont les Blancs contrôlent les Noirs." Comme quoi il reste encore beaucoup de travail à faire.

mercredi 23 mars 2011

Pour celles qui veulent devenir maman pour jouer à la poupée.

Vous n'êtes pas seules!

Cette dame (personne ne sait si elle est sérieuse ou non) nous apprend comment améliorer l'apparence des bébés en les maquillant. Oui, oui, mesdames, vous pensiez qu'une jeune ado de 13 ans toute fardée était un peu too much? Vous êtes totalement à côté de la plaque, c'est encore en couches qu'il faut commencer à leur apprendre comment appliquer son rouge à lèvres et mettre ses faux cils, parce qu'avouons-le, un bébé non maquillé, ce n'est pas aussi mignon qu'avec. (Moi, par contre, je suis sarcastique.)


En faisant quelques recherches sur Internet, j'ai cru comprendre que plusieurs dames semblent faire des bébés simplement pour jouer à la poupée. Pensez à tous ces concours de beauté pour enfants à la Little Miss Sunshine.

Je persiste et signe lorsque je dis qu'il y a de bonnes raisons d'avoir des enfants... et des moins bonnes. Et une raison que je déplore et trouve profondément ridicule est ce désir enfantin de catiner qu'ont certaines femmes, ce qui les pousse à transformer leur enfant en réelle poupée vivante.

À ce propos, je recommande d'ailleurs le documentaire de HBO Living Dolls: The Making of  a Child Beauty Queen

dimanche 20 mars 2011

Fête des non-parents 2011

Je n'écrirai qu'un court petit billet pour vous annoncer en primeur la date et l'endroit de la troisième Fête des non-parents.

Ce sera le samedi 21 mai 2011 en Belgique!
"Il s’agira de quelque chose de très informel, sans invités de marque, où l’accent sera mis sur la rencontre entre les childfree et sur la vraie fête sans blablas ni polémiques. Aucune envie de réitérer les erreurs de Paris", de me dire Théophile de Giraud.
Ce qui est une excellente nouvelle, j'avais justement trouvé que la deuxième édition n'était pas assez festive et beaucoup trop controversée à mon goût.

Les organisateurs de la FDNP m'ont donné l'exclusivité et n'ont pas encore mis à jour leur site web. Ça ne saurait tarder, par contre.


Ce sera donc à La Goutte,

135, avenue de l’Hippodrome

Ixelles (tout près de Bruxelles)
Belgique







J'espère vous y voir. Oui, oui, j'y serai!


Si vous avez un compte Facebook, vous pouvez trouver l'événement ici : http://www.facebook.com/event.php?eid=192883384066183

vendredi 18 mars 2011

Les réseaux sociaux et les enfants, pas facile d'etre parent!

Je lisais récemment un dossier paru dans La Presse (cliquez ici pour un autre article, et aussi ici) à propos de l'intimidation chez les jeunes victimes de crimes cybertechnologiques (textos d'injures, pages Facebook ridiculisant une fillette avec surplus de poids, photos d'ados nues, et j'en passe) et je me disais: "Maudit que je sais pas ce que je ferais comme parent devant tout ça. "

Je pense parfois que je deviendrais comme ma mère, c'est-à-dire une mère poule qui surprotège par désir qu'il n'arrive aucun mal à sa progéniture, mais Dieu sait que je ne voudrais pas faire subir ça à un enfant. J'ai parfois trouvé dur de ne pas avoir les mêmes privilèges que mes autres amies du même âge. En vieillissant par contre, je commence à comprendre... et à me dire que je fais donc bien de ne pas avoir d'enfant.

C'était déjà assez difficile d'élever un enfant sans Internet, mais maintenant vraiment j'avoue que je me sentirais totalement impuissante face non pas à la menace d'inconnus perverts pouvant exploiter mon enfant, mais celle de ses compagnons de classe qui lui font découvrir des trucs trop tôt, ou tentant de lui faire faire des trucs qu'il ou elle ne veut pas faire ou en l'injuriant de 26 manières différentes. Je connais une petite fille de 11 ans que ses parents ont trouvé en train de flirter dans un chat de rencontre où son surnom était quelque chose comme sexy4u97. Onze ans! 

Je suis contente d'avoir eu une vraie enfance peuplée de dessins animés et non de vidéos érotiques trouvés sur Internet et surtout heureuse de ne pas avoir été précoce, peut-être justement parce que j'ai grandi dans une autre époque ou que j'étais bien entourée à l'école comme à la maison. À 13-14 ans, je commençais à peine à penser aux garçons, à les embrasser peut-être, mais j'ignorais encore ce que faire une pipe voulait dire que de quoi pouvait bien avoir l'air un pénis. Et je suis bien heureuse que ce soit longtemps resté ainsi.

Je sais que la sexualité précoce ne date pas d'hier, mais j'en ai traité l'an dernier dans un billet à propos de l'hypersexualisation de l'enfance, l'Internet n'aide certainement pas les enfants d'aujourd'hui à rester enfants bien longtemps. Mais qu'est-ce que les parents peuvent faire exactement? Interdire à leurs enfants de toucher un ordi, quitte à ce qu'ils deviennent des mésadaptés technologiques lorsque adultes et moqués par leurs camarades de classe parce qu'ils n'ont ni un téléphone cellulaire, ni un compte Facebook? Permettre un accès limité en monitorant toute activité Internet de son enfant quitte à le rendre parano et donner raison à George Orwell? Lui expliquer dès qu'il est assez grand pour s'asseoir devant un ordi ce qu'est un sein, un pénis, un film porno pour que quand ses amis lui en parleront, il puisse dire: "Mais je sais déjà tout ça?" quitte à lui enlever un peu de son innocence?

Plein de questions. Aucune réponse. Vraiment, peut-être aie-je raison et n'aie-je tout simplement pas la fibre parentale parce que je regarde mes amis qui ont des enfants assez grands pour être confrontés à ces réalités et je me dis: "Oh là là, je suis heureuse de ne pas avoir à gérer tout ça, moi!" Suis-je lâche? Peut-être. Mais peut-être aussi aie-je choisi mes batailles. Entre temps, je lis des histoires d'horreur sur Internet, j'entends des parents dire qu'ils sont perdus et je me dis: "Dans quel monde vit-on?"

lundi 14 mars 2011

Une BD childfree sortira au printemps!

J'ai eu vent d'un petit bijou de la BD qui sera bientôt disponible dans toutes les bonnes librairies, tant ici au Québec qu'en Europe. Une autre bonne raison de compter les jours avant les beaux jours du printemps... 


Synopsis (tiré du site web bd-sanctuary.com)
À l’âge où toutes les femmes ne pensent qu’à pouponner, Jeanne, 35 ans, n’a aucune envie "de s’y mettre". Elle voit l’accouchement comme un film d’horreur, la maternité comme une perte d’identité et l’éducation des enfants comme un parcours du combattant. Le jour où Jeff, son compagnon et allié de toujours, voit sa fibre paternelle se réveiller en pleine crise de la quarantaine, Jeanne voit son équilibre menacé. Le bonheur passe-t-il forcément par la case bébé ?






Avec une telle description, résister à l'envie de camper devant la librairie jusqu'à sa sortie (le 16 mars en France et quelque temps en avril au Québec) sera difficile!

samedi 12 mars 2011

Recherche de financement pour mon documentaire

J'ai commencé à utiliser ce site de crowdfunding depuis peu, en plus Paypal. Ne soyez donc pas surpris de voir s'afficher deux totaux différents relatifs aux dons reçus. Celui amassé de façon autonome s'élève aujourd'hui à un peu plus de 4 150$. Par contre, l'effort conjoint que je mène sur le site de Indie GoGo est moins élevé (normal, je viens de commencer sur ce site.)

Qu'est-ce que ça veut dire exactement?

Simplement que je m'efforce à chercher du financement ailleurs que sur mon blog pour avoir plus de chance d'obtenir l'argent nécessaire pour faire mon film. Le site de Indie GoGo me force à fixer un échéancier (avant le début juin 2011) ainsi qu'un objectif précis (5 000$). Bien que mon objectif ultime est d'amasser 15 000$ (production, post-production et distribution), j'ai décidé de le faire en trois étapes de 5 000$ chacune au lieu d'une seule de 15 000$ (stratégie marketing). Bref ne vous en faites pas, j'ai toujours besoin de 15 000$ et toutes vos contributions ont été grandement appréciées et j'espère donc que vous continuerez à être aussi généreux!

Alors où envoyer vos contributions?

Soit directement par Paypal en cliquant ici (ou aussi en suivant le lien en haut à droite de ce blogue juste en bas de la photo "C'est décidé. Être maman, non merci!"), soit à travers le site de Indie GoGo, puisque les deux montants me reviennent d'une manière ou d'une autre.

Évidemment, si vous n'aimez pas envoyer de l'argent par Internet, il est aussi possible de m'envoyer un chèque par la poste. Écrivez-moi pour obtenir mon adresse postale.

Pour me voir un peu la binette (le minois, pour mes amis européens), je vous invite à visionner ma demande d'aide financière. Soyez indulgents, je suis plus à l'aise derrière une caméra que devant! 

vendredi 11 mars 2011

Faires des enfants pour notre caisse de retraite?

Un ami de la blogosphère, auteur du très intéressant blogue Maudit français a tout récemment publié le billet que je me propose d'écrire depuis longtemps et repousse toujours à plus tard (les finances, l'économie et tout ce tralala emmerde au plus profond l'anticapitaliste que je suis), soit une réponse à la sempiternelle réplique de certains natalistes aux childfree: "Mais qui va payer pour ta retraite?"

Je vous invite à lire son billet: La retraite aux marmots, vraiment, je n'aurais pu dire mieux.

On m'a a quelques reprises dit cette phrase clé: "Mais voyons, faut avoir des enfants. Avoir des enfants, c'est assurer un avenir au Québec. C'est prévenir la disparition du français. C'est aussi approvisionner notre fonds de retraite!"

Et je vous réponds: Qui d'entre vous a eu des enfants par souci économique? Qui fait un enfant par souveraineté? Qui a décidé de procréer pour que le Québec, le Canada, la race humaine ne disparaisse pas? Franchement, on fait des enfants par désir d'avoir des enfants, parce qu'on aime ça. Parce qu'on sent un désir de devenir parent! On ne fait pas des petits parce qu'on veut qu'après avoir changé leurs couches, ils changent les nôtre! C'est quoi, ce raisonnement?

Personnellement, je ne suis pas dénataliste. Je ne souhaite pas que tout le monde cesse de faire des bébés. Je n'en veux tout simplement pas dans ma maison. C'est pourquoi quand on me dit: "Mais il faut faire des enfants parce que ci, ça, ça..." Je réponds: Non merci. Je n'ai pas de devoir de procréation. Merci, bonsoir.

lundi 7 mars 2011

Bonne Journée de la Femme 2011!

Ce 8 mars, je vous propose d'avoir une petite pensée pour toutes ces femmes qui n'ont pas notre chance de pouvoir choisir de ne pas avoir d'enfant autant à l'étranger que chez nous. 

Il est impossible d'oublier ces femmes des pays du Tiers Monde où la fonction de la femme est de procréer, tout simplement. On pense à plusieurs pays d'Afrique dont le Sénégal où une femme infertile (bien souvent, par contre, c'est l'homme qui est infertile, mais le blâme est quand même porté par la femme) est répudiée et plus personne ne voudra la marier. Elle deviennent même souvent prostituées pour gagner un peu d'argent. 



Mais n'oublions pas les femmes plus près de chez nous qui n'osent peut-être pas toujours s'affirmer pour des raisons variées et cèdent aux pressions de la famille et de leur mari et doivent aimer leur titre de mère au foyer sans qu'aucun autre choix ne leur soit proposé.

Essayons toutes ensemble de faire changer les choses et la manière de le faire est quant à moi de ne jamais avoir honte de clamer haut et fort notre non-désir de procréation, que les médias s'intéressent de plus en plus à nous afin que toutes les femmes aient la possibilité de faire un choix éclairé quand à leur parcours de vie.

Et surtout vive les femmes heureuses avec ou sans enfant!

jeudi 3 mars 2011

Mon bébé a 13 mois aujourd'hui! Et il aime les cadeaux!

Eh oui, en tant que vraie mère indigne, j'ai oublié de fêter son premier anniversaire! Vraiment, j'ai donc bien raison de ne pas vouloir d'enfants, moi... 

(Bien oui, en tant que vraie mauvaise mère, je n'ai ni fait le gâteau, ni pris la photo, comme vous voyez)

Par contre, comme la tradition le veut, un anniversaire ça se fête avec des cadeaux! Et le bébé grandissant très rapidement, aura besoin d'un peu de $, ₤ ou  pour se rendre à maturité.


Vous me voyez venir?

La production de mon documentaire Maman? Non merci! continuera de plus belle ce printemps et été 2011, pour conclure avec plusieurs longues semaines de montage à l'automne 2011. 

Je me cherche donc toujours des mécènes, des investisseurs et des gens généreux qui croient en mon projet et qui veulent m'aider à le réaliser en contribuant des fonds.

Comment pouvez-vous m'aider?

De plusieurs manières!

1. Vous pouvez acheter le DVD de Maman? Non merci! avant sa sortie pour seulement 25$. C'est-à-dire qu'au lieu d'attendre qu'il soit complété en 2011, vous financez la création du documentaire tout de suite, et je vous l'envoie sur DVD dès qu'il sera complété!

C'est une option bon marché et qui m'aiderait incroyablement à obtenir les fonds nécessaires pour compléter le tournage/montage/distribution.

2. Vous pouvez faire un don de n'importe quel montant! Tout simplement, par Paypal. J'accepte tous les montants, qu'ils soient gros ou petits! (Paypal accepte les cartes de crédit ou virements bancaires, c'est gratuit et très sécuritaire!)



3. Vous pouvez aussi me donner des certificats-cadeau pour de l'essence ou de la nourriture pour nourrir mon équipe des bénévoles lors de tournages. 

 

4. Vous pouvez aussi me proposer vos services bénévoles pour:

·  Photographie et infographie pour concevoir l'affiche du film. 


·  Expert en crowdfunding

·  Preneur de son

·  Caméraman auxiliaire

·  Composition de musique pour le film

·  Montage vidéo (FCP ou Avid)

·  Mixage audio


Qu'aurez-vous en échange? À part la satisfaction d'avoir contribué aux arts, bien sûr!

Tout don de 24$ et moins recevra:
·  De gros, gros remerciements de ma part!

Tout don de 25 à 49$ recevra:
·  Une copie de mon film sur DVD ou bâton de mémoire (au choix)
·  Un gros bec sur la joue, une accolade, une poignée de main, une profusion de remerciements de ma part!

Tout don de 50 à 99$ recevra:
·  Une paire de billets pour une représentation de mon film (celle de votre choix, selon les disponibilités: s'il est sélectionné en festival, alors pour le festival de votre choix, s'il sort en salle, pour la salle qui vous conviendra)
·  Une copie de mon film sur DVD ou bâton de mémoire (au choix)

Tout don de 100 à 499$ recevra:

· Votre nom au générique!

· 2 paires de billets pour une représentation de mon film (celle de votre choix, selon les disponibilités: s'il est sélectionné en festival, alors pour le festival de votre choix, s'il sort en salle, pour la salle qui vous conviendra)

· Une copie de mon film sur DVD ou bâton de mémoire (au choix)

· Une copie du poster autographiée.

· Des larmes de bonheur de ma part lorsque vous me l'annoncerez! 

N'oubliez pas...


Je connais peut-être peu de gens, mais vous en connaissez plein qui en connaissent aussi beaucoup. PARLEZ-EN À VOTRE FAMILLE, VOS AMIS, VOS COLLÈGUES DE BUREAU! Le financement collectif a besoin du bouche à oreille! Tous ensemble, nous pouvons y arriver!  

Alors parlez de ce projet à tous ceux que vous connaissez. N'hésitez pas! 
Si seulement 150 personnes donnent 100$, ce film voit le jour!
Ou si 300 personnes donnent 50$...
Ou si 1 000 personnes donnent seulement 15$

Alors aidez-moi à trouver ces gens pour m'aider à réaliser mon grand projet qui n'est pas que pour moi, mais pour tous les gens qui se sentent incompris et jugés. Cassons le tabou et ensemble, réalisons ce film  
 Maman? 
Non merci! 

Objectif : 15 000$
Total accumulé jusqu'à maintenant : 4 165$
Nombre de DVDs achetés en pré-vente : 18