vendredi 8 juillet 2011

Vox pop... un peu raté

Un fait plutôt étrange s'est produit lundi dernier lors d'un vox pop filmé que j'ai fait près du festival de jazz de Montréal. Je demandais aux gens s'ils avaient des enfants, pourquoi ils en ont eu, s'ils en voulaient un jour, etc.  Le but de ce vox pop est d'intégrer des réponses de citoyens dans mon film et de montrer à ceux qui ne le savent pas, que bien souvent, nous childfree, recevons de drôles de commentaires lorsqu'on dit ne pas vouloir devenir parent.

Par contre, à la question: "Que pensez-vous des gens qui disent ne pas vouloir d'enfant" (ainsi que "Et si votre fils/fille vous disait ne pas vouloir d'enfant, vous lui diriez quoi?"), tout le monde m'a dit la même chose, sans hésitation, avec un beau sourire: "Ah, j'ai aucun problème avec ça!", "Je comprends très bien ça, moi, j'ai des enfants, mais je peux comprendre que certains n'en veulent pas, c'est beaucoup de responsabilités." Etc. 

Ce qui m'a, vous le comprendrez bien, étonnée. Généralement quand je dis que je n'en veux pas, 75% des gens disent: "Pourquoi?" d'un air dubitatif et certains osent même dire que je vais le regretter, que je vais changer d'idée, que c'est un choix égoïste. Mais sur 15 répondants d'âges variés: jeune vingtaine, trentaine, cinquantaine voire soixantaine, tout le monde était d'accord pour nous accepter. C'est très beau, tout ça. Seulement, j'aimerais que ce soit vrai. Mon expérience, ainsi que celle de presque toutes les femmes qui ont témoigné pour mon film, me disent d'autre chose. 

Alors comment ça se fait que je n'aie pas eu droit à ces réponses? C'est la caméra qui fait peur? Les gens essaient-ils d'être politically corrects? Ou suis-je vraiment tombée sur les gens les plus ouverts et sympathiques du monde? Ma théorie: plusieurs personnes ont refusé de répondre à mon sondage. Je pense que ceux qui m'ont accordé deux minutes sont les gens les plus ouverts d'esprit et donc je n'ai pas eu accès aux gens plus fermés, plus conservateurs, si on veut, plus "la famille, c'est tout. Quiconque n'en veut pas doit être un peu fou." Parce que oui, j'ai déjà entendu des trucs comme ça. J'ai aussi souvent, malheureusement, lu des commentaires de ce genre sur Internet (vive le couvert de l'anonymat d'Internet, hein!)

Alors je demande votre aide. Où devrais-je aller pour trouver des répondants qui reflètent davantage la société dans laquelle on vit. Parce que c'est le but de ce vox pop filmé. Je ne veux pas avoir qu'un seul point de vue dans mon film, je veux que la vérité sorte. Alors où aller? Avez-vous des idées?

Ma seconde question est: peut-être est-ce que ma question était mal formulée. Je ne suis pas une grande reporter habituée à faire des vox pop sur la rue à tous les jours, j'ai donc peut-être utilisé les mauvais mots, des formulations déficientes. Alors votre avis? Que dois-je demander pour avoir droit aux "vraies" réponses que nous, childfree, entendons généralement lorsqu'on dit ne pas vouloir d'enfant?

7 commentaires:

Madria a dit...

"Que pensez-vous des gens qui disent ne pas vouloir d'enfant"
Je pense que ce n'est pas une bonne question pour avoir les réponses voulues, parce que souvent "les gens font ce qu'ils veulent, mais je veux pas de ça chez moi".

Une bonne question ça pourrait être "votre sœur ou votre meilleure amie vous informe qu'elle ne voudra jamais d'enfant, que lui dites-vous ?"

Bugslady a dit...

Je ne sais plus trop comment ça s'appel, mais il y a des festivités internationales au parc Jean Drapeau en fin de semaine et la prochaine. En prime tu aurais des points de vue de différentes cultures. :-)

Anonyme a dit...

Peut-être devriez vous demander (à ceux qui ont des enfants, bien sûr)comment ils réagiraient si leur fils ou leur fille leur annonçait qu'il/elle ne veut pas d'enfants. C'est juste une idée, je n'ai jamais testé "sur le terrain".

Cath a dit...

Bonjour Magenta,

La question est peut-être trop ouverte/trop vague, dans le sens "des gens". Tu peux essayer avec le "je", ou alors enchaîner avec une question style "si votre fils ou votre fille ne voulait pas d'enfant, comment réagiriez-vous ?"
"et si la personne faisait le choix médical de ne pas avoir d'enfant?"...

Tu interceptes des gens dans la rue sur une question très générale et qui en plus, en soit ce n'est pas dérangeant les gens sans enfants, essaye de creuser un peu plus.

Après, peut-être qu'à un festival, les gens sont aussi plus cool. Tu as essayé auprès de la ménagère au supermarché :-)

Magenta Baribeau a dit...

J'ai modifié mon billet puisque j'avais oublié de mentionné que j'avais aussi demandé "Que répondriez-vous à votre enfant s'il vous disait ne pas vouloir d'enfant" et j'ai eu les mêmes réponses.

Anonyme a dit...

Pour avoir moi-même construit un questionnaire dans les derniers mois, puis après l'avoir administré sur internet mais aussi en face-à-face (en personne mais aussi via des agents d'enquête recrutés ad hoc), j'ai pu constater que beaucoup de choses influencent le répondant et le guident dans sa réponse : entre autres, l'ordre des questions. Parfois, quand on pose deux questions, la seconde d'entre elles peut s'avérer inutilisable au vu de l'influence qu'a pu avoir la première.

Beau blog, c'est la deuxième fois que je viens, le sujet est sérieux. Aussi peut-on se demander quelle est la part de lecteurs masculins du blog (à mon avis, pas beaucoup, même si j'en fais maintenant partie).

Helder

Célia a dit...

Je pense qu'il vaut mieux angler les questions pour avoir des réponses plus précises. Voire aller directement au but: "Votre fille vous dit clairement qu'elle ne souhaite pas avoir d'enfant. Est-ce que vous seriez déçu? Pourquoi?"

Dans ce cas-là, je pense qu'il serait plus facile pour l'interlocuteur de cracher le morceau, s'il est vraiment déçu ou choqué.

Ou tourner le problème dans l'autre sens: "Connaissez-vous des gens qui ne veulent pas avoir d'enfant?"; "pourquoi, à votre avis, peu de gens refusent d'avoir des enfants?" "Et pourquoi selon vous des personnes ne veulent pas en avoir?"