mercredi 20 juillet 2011

Aucune subvention pour Maman? Non merci!

C'est officiel, mon documentaire n'aura eu aucun financement gouvernemental. J'ai reçu ma dernière lettre de refus ce matin. Je ne peux appliquer que trois fois pour le même projet auprès des organismes subventionneurs gouvernementaux et c'était ma troisième tentative.

Comme quoi le gouvernement trouve mon sujet trop choquant, trop tabou. Mon film est pourtant inclusif, j'interview des hommes et des femmes, des couples et des gens célibataires, des mères et des non-parents et même une femme ayant changé d'idée... alors ce n'est certainement pas parce que mon sujet est trop fermé.

Lorsque j'étais associée à un producteur l'an dernier, qui voulait que je fasse un film de 46 ou 52 minutes pour la télé, chose qui ne m'intéressait pas le moindre du monde (j'y reviendrai), il m'a dit d'enlever le mot "féministe" de ma proposition de documentaire que je soumettais aux organismes de financement public. "Pourquoi?", dis-je surprise! "Parce que le féminisme a mauvaise presse maintenant." Alors j'ai enlevé le mot, mais le sujet reste le même. Je m'interroge quant à la place de la femme dans la société en 2011 lorsqu'on lui répond encore une fois que sa vraie tâche est de faire des enfants. Ça reste donc un film féministe, puisqu'il est à propos de la condition de la femme.

Je reviens donc à mon producteur, enfin mon ex-producteur puisque, comme je vous disais, l'idée de faire un 46 minutes ne m'intéressait pas du tout puisque j'ai depuis le début l'intention de réaliser un documentaire d'une durée approximative de 80 minutes. De plus, mon but avec ce film est de faire le tour des festivals et ouvrir un débat de société, chose souvent possible avec des panels de discussion post-film dans des festivals, alors qu'une diffusion télé n'a lieu qu'une fois... et les gens pourront bien en parler dans leur salon, ça ne reste qu'un murmure souvent solitaire

Bref tout ça pour dire, un sujet féministe, de surcroît un film à propos d'un grand tabou de société : ceux qui ne veulent pas entrer dans le moule et avoir des enfants, ça ne reçoit pas une cenne du gouvernement.

C'est déprimant quand même de penser que pour que ce film se finisse, il me faudra sûrement dépenser 20 000$ que je n'ai pas. Mais je suis têtue et toujours aussi convaincue de la nécessité de faire ce film. Et il se fera, coûte que coûte, je vous le promets !

Mon budget prévoit au bas mot 12 000$ pour le montage de ce film. C'est beaucoup, je vous l'accorde, mais il n'y a absolument aucun moyen de baisser ces coûts. Ce qui est très important en documentaire est d'avoir un bon son, ce qui nécessite donc un bon mix de son (et fait toute la différence entre un film amateur et un bon documentaire.) Le mixage sonore se fait donc dans un bon studio, avec un bon mixeur et un bon équipement, ce qui coûte très cher. Même chose pour le montage. Une certaine partie peut être effectuée à la maison, mais la correction couleur, etc., doit être faite en studio. Côté tournage, j'avais prévu le coup, je me suis achetée mon propre éqiupement l'année dernière et donc il m'est possible de faire mes tournages à moindre coût avec le plus de bénévoles possible. Reste que la majorité des preneurs de son avec qui je travaille ont besoin d'être payés... alors je les paye de ma poche.

C'est pourquoi j'ai encore besoin de votre aide. Au cours du printemps, certains d'entre vous ont été très généreux et m'ont envoyé des dons pour mon documentaire (certains ont été tellement généreux que j'en suis littéralement tombée en bas de ma chaise...) MERCI ENCORE! Mais j'ai encore besoin de vous qui croyez en ce film. Il est toujours possible de faire un don. Tous les montants sont les bienvenus. 




  • Pour seulement 25$, vous pouvez acheter mon DVD en prévente. Vous le recevrez dès sa sortie.
  • Pour tout don de 100$ ou plus, si vous le souhaitez, votre nom apparaîtra au générique.
  • Pour tout don de 1 000$ ou plus, je viens vous rencontrer pour vous prendre dans mes bras en sautant de joie pour vous remercier!

Aucun commentaire: