dimanche 8 mai 2011

J'aime les mères ingrates, les mères chialeuses

pas celles qui ont un monde parfait et qui ne vivent que pour leur enfant, mais celles de l'émission La Galère, imparfaites, souvent exaspérées ou dépassées par les événements qui au lieu de trouver la crotte de junior dans le bain cute trouvent ça ma foi dérangeant. Celles qui ne trouvent pas ceci comme étant une oeuvre d'art, mais chiant à nettoyer:






En fait ce avec quoi j'ai un problème, et oui j'admets que j'ai un problème avec certains types de personnes et certains comportements, c'est l'idéalisation de la maternité. Comme quoi rien au monde n'est aussi gratifiant que de nettoyer le derrière de bébé parce que la maternité, c'est LA job de rêve...

J'aime les mères qui sont capables d'admettre qu'un nouveau-né, c'est laid et que les premiers mois, être à la maison avec un bébé qui ne fait que manger, chier et dormir, c'est plate!

J'aime les mères qui disent: "Enfin, j'avais assez hâte d'arrêter d'allaiter pour pouvoir boire une bière!" J'aime les mères qui ont hâte que la gardienne arrive pour sortir avec leurs copines. J'aime les mères qui aiment leur enfant, mais sont capables d'avoir une conversation sur d'autres sujets. J'aime les mères qui sont elles-mêmes exaspérées par les mères qu'elles connaissent qui ne font que parler de bébé et sont incapables de tout sujet de conversation adulte.

J'aime les mères qui seraient parfois prêtes à échanger leur poupon contre celui-ci:


Bref, j'aime les gens imparfaits, ceux qui n'ont pas l'air de vivre dans une publicité de serviettes de bain où donner le bain à la petite est le moment le plus doux de leur existence.

Peut-être que si je trouve la job de parent si inintéressante, c'est qu'autour de moi, j'ai trop peu de ces parents réalistes et chialeurs. J'ai l'impression au bureau, dans les cafés, dans les transports en commun de n'entendre que des récits de femmes comblées par leur(s) enfant(s) et qui me font rouler des yeux au point de m'étourdir.

Bref, après des mois de râlage sur ce blog, je tenais en ce jour de la Fête des mères, à dire merci aux mères ingrates, celles qui ne nous jugent pas dans nos choix de ne pas faire comme elles et qui peuvent comprendre qu'un enfant, ce n'est pas pour tout le monde, parce que bien qu'il y ait des moments tout à fait charmants, il ne faut pas non plus fermer les yeux sur les moments absolument parfaitement chiants!

Et enfin un beau bonjour à toutes les mères qui tentent (ou réussissent) à comprendre nos choix de vie!

8 commentaires:

Midinette a dit...

Je me reconnais dans ce portrait de mère ingrate :D C'est sans doute pour ça que je suis ton blog même si je suis maman :D Haha !

milimus a dit...

Bravo Midinette...ça en prend plus des comme toi :) Tu sais quoi, j'ai plusieurs amis dans le monde de l'éducation et tous sont unanimes pour dire que justement, les mères réalistes et pas en extase constante devant leurs enfants donnent très souvent une meilleure éducation. Leurs enfants sont plus polis, socialisent mieux, respectent les autres et ont moins de problèmes de comportement. C'est pas moi qui le dis...ce sont des profs...

Anonyme a dit...

J'ai trois enfants à qui j'ai sacrifié une magnifique carrière. Merci à mon mari d'avoir fait de moi une mégère dépressive.

(et que personne ne vienne ajouter "mais tu l'as choisi" parce qu'avec le poids social qui entoure la maternité, ce n'est PAS vrai !)

Eva

mathilde a dit...

Je suis vraiment d'accord avec tout ce que le lis ici !!! Marre d'entendre fallait y penser avant de le faire... Rhaaa c'est tellement nul de dire ça... Moi ce que je trouve cool c'est que tu aies su dès le début que tu voulais pas d'enfant ! Et oui effectivement g été aidé par le poids social de la maternité ! Mon Dieu que je regrette...

Anonyme a dit...

j'approuve totalement ton point de vue dénataliste. il faut ouvrir les yeux , c'est un choix de vie , une manière de s'épanouir et non de s'assujettir à des conventions sociales comme tout le monde. je suis dénataliste et fièr de l'être. je ne veux pas un enfant pour la stabilité de mon couple , aussi au niveau financier. allez mesdames profitez de votre vie et arrêtez de croire qu'un enfant vous épanouiera. a+

Nikky a dit...

Si tu aimes ces mères-là, je pense que tu m'aimerais ÉNORMÉEMENT! ;-)

Congé de maternité: période la plus terrible de ma vie, la plus platte (dans le sens de inintéressant au quotidien), s'occuper d'un bébé 24/7, au bout de quelques mois j'ai cru devenir folle. J'ai fait une dépression post-partum dont j'ai eu du mal à me remettre. Cependant, j'ai adoré ma grossesse.

C'est rapidement après la naissance que j'ai compris que j'étais pas faite pour être mère au foyer, et peut-être mère tout court! J'ai toujours mis l'accent sur ma carrière et les loisirs. Si j'ai fais un enfant, c'est que curieusement, après quelques années de vie commune avec un merveilleux conjoint, je ne me voyais tout simplement pas passer à côté de la maternité. Aussi simple que ça.

Il y a des périodes où je regrette un peu, surtout quand l'enfant est malade (passer sa vie à la clinique sans-rendez-vous et ne pas dormir la nuit, c'est atroce). heureusement, les moments de bonheur sont quand même là ;-)

J'avoue être soulagée quand ma fille dort enfin ou une fois que je la dépose à la garderie.

Maintenant, je me fais "achaler" par la fameuse question: "pis, c'est pour quand le prochain?", ça me mets en rogne mais je reste polie...J'explique calmement que je (nous) ne souhaite pas d'autres enfants, un seul c'est en masse et comme on aspire à un peu plus de liberté, je ne vais certainement pas retourner à la case zéro du nourrisson. J'avoue me sentir un peu seule car rare sont les gens qui me comprennent ("ah bon? elle va être enfant unique? Moi je préfère qu'il/elle ait une soeur ou un frère, etc.")

Su vous pensez que ne pas vouloir d'enfant ça passe difficilement, et bien dites vous que ne pas en vouloir un deuxième ça passe pas très bien non plus!

pauline a dit...

je te conseille mon blog http://etpourmonsieurceseraquoi.over-blog.com/
bon courage pour le documentaire!

Miliouz a dit...

Quand je vois tous mes amis à la trentaine se battre avec les couches.. Et me demander quand est ce que je serai pere... Je me marre. Je suis en couple, et si Mme me laisse le choix, JAMAIS je n'aurai de mouflet. Le moindre de leur cris, le irritante façon de se f** de leur parents (apres, quand on croit en avoir fini avec le supplice des couches...). Moi je passe mon tour. madame le sait, et pour l'instant, elle ets d'accord. J'espere que ce a va durer. Et si elle en veut absolument un, c'est deja negocier, je ne m'en occupe pas. Pas de couche, pas de bib et pas de lessive. C'est le deal.

Je suis heureux de ne pas etre le seul monstre social qui se refuse le "bonheur" d'etre pere. Mes patient(es) me demande souvent si je suis pere. Et il m'est arrivé assez souvent de me faire traiter d'egoiste.

J'ai meme eu le droit au "qui viendra vous voir quand vous serez vieux". Excedé j'ai simplement repondu :
-parce qu evos enfants viennent vous voir tous les jours quand ils sont à l'autre bout de la France? Quand on veut une vie sociale on se fait des amis, pas des clones tueurs de couches...

LOngue vie à ce blog!