mercredi 6 avril 2011

Est-ce que ça se peut ne pas aimer les enfants?

Je ne veux pas dire par là maltraiter les enfants ou souhaiter leur mort, mais plutôt leur être presque totalement indifférent.

Je me pose la question parce que dans ma recherche pour mon documentaire, toutes les femmes que j'ai rencontrées, sans exception, m'ont dit "C'est pas que je n'aime pas les enfants, mais..." ou "Bien que je ne veux pas devenir mère, j'adore les enfants." Est-ce toujours vrai ou a-t-on parfois peur de dire la vérité qui choquera sans doute?

Personnellement, je l'avoue, les enfants, ça m'indiffère. Il faut qu'une fillette ou un petit garçon soit particulièrement mignon pour que je le remarque. Ça m'est arrivé de dire qu'un enfant était cute, mais la plupart d'entre eux me laissent de glace.


Aie-je un cœur de béton? Je ne crois pas. Je ne suis simplement pas gaga des bébés. Pour être franche, je trouve que tous les bébés naissants se ressemblent: plissés, endormis, ordinaires. Par contre, en vieillissant, je trouve qu'ils s'améliorent. Mais franchement, pour moi, un poupon, ça m'indiffère.

Suis-je une marâtre? Une fausse femme? La méchante sorcière des contes de fée? Je ne le crois pas. Je suis simplement honnête.

Ceci dit, et je le spécifie afin que les mauvaises langues évitent de me lapider sur le champ, je ne suis pas contre les enfants: lorsque je lis des trucs dans les journaux à propos d'infanticide, d'accident ayant enlevé la vie à un jeune enfant, de pédophilie, d'abus de toutes sortes sur les enfants, etc., ça me chagrine beaucoup.

Par contre, lorsque des collègues passent au bureau avec leur nouveau-né faire le sempiternel showing of ze kid, je trouve ça embêtant et je discute avec la mère au lieu de vouloir toucher le bébé. L'un m'intéresse, l'autre non. D'ailleurs, cette coutume me mystifie totalement. Pourquoi montrer l'enfant? On veut de la reconnaissance, mais est-elle méritée? Lorsque j'aurai terminé mon film, viendrais-je donner une invitation à tous mes collègues pour venir le voir? Je ne crois pas. Vous me direz que ce n'est pas la même chose. Je réponds: Vraiment? Et pourquoi pas?

Vous me direz aussi sûrement: "C'est pas pareil quand c'est le tien." Peut-être. Ma mère m'a souvent dit ne pas aimer les enfants des autres. Telle mère, telle fille. Bien que j'aie trois chats, les chats des autres m'indiffèrent aussi. Qu'on m'envoie par courriel des photos du dernier né de la famille, humain ou chat, je clique "delete" sans les ouvrir. Oui, oui, je m'en fous éperdument.

Peut-être me manque-t-il la fibre sociale me permettant d'agir de la manière souhaitée par les autres, en fait, qui serait de m'extasier l'espace de quelques instants sur le poupon pour plaire aux parents. Je suis peut-être trop honnête. Mais je pensais en faire un billet et poser la simple question: "Est-ce que ça se peut ne pas tripper bébé/enfant sans passer pour une sans-coeur?"

39 commentaires:

Anonyme a dit...

Je suis tout à fait comme vous. Je respecte les gens qui ont des enfants, je comprends parfaitement le fait qu'ils veulent partager leur bonheur (quand on vit quelque chose d'heureux, on a envie d'en parler)... mais je ne participe pas au débordement de joie collectif!

Je ne veux pas voir leur bébé parce que je suis aussi trop honnête pour faire semblant d'être aussi excitée que les autres femmes. Non, je ne veux pas le prendre (alors que le petit passe de bras en bras), je préfère continuer de travailler alors que tout le département au complet s'extasie devant ce "magnifique spéciment d'être humain" pendant toute une avant-midi. Ça me m'intéresse pas.

Moi aussi je jase avec la mère, ça, ça m'intéresse. Je prends de ses nouvelles, si elle revient d'un congé c'est que je ne l'ai pas vu depuis longtemps.

Pire, j'ai un ami childfree qui, comble de non conformisme, a demandé à ses collègues qui s'extasiaient sur un bébé, de sortir du département pour jaser parce que ça faisait du bruit et qu'il voulait travailler. Oh qu'il s'est fait varloper par le groupe de femmes! Quel monstre de ne pas être impressionné par l'enfant! Et en plus de demander d'aller plus loin parce que le bruit de leurs exclamations de joie l'empêchaient de travailler!

Anonyme a dit...

Les enfants, et plus particulièrement les bébés, m'indifférent. Ma belle-soeur a accouché de son 2e bébé en un an et demi, et tous s'extasient devant ses enfants si beaux et si parfaits. Pour ma part, je vois bien que ma belle-soeur et ma belle-mère sont insultées de mon manque d'intérêt, mais je ne supporte pas les femmes qui exhibent leurs enfants en attendant des compliments.

Christine Bourgeois a dit...

Christine Bourgeois
peut-on ne pas aimer les enfants ?
Bonjour Magenta !

Béh oui, ça se peut de leur être indifférent. Et ça va peut-être choquer, car c'est un point de vue de maman que je vous donne ! J'avoue, je passe pour une extraterrestre dans le monde des mères, la preuve que je me distin...gue un peu des autres quand même, c'est que je me suis inscrite sur votre facebook après avoir particulièrement aimé ce blog et l'idée de "Maman non merci !". J'aurais d'ailleurs apprécié donner mon témoignage de mère pas d'accord avec la plupart des mères, car il y a tellement à dire sur le sujet ! Je suis tombée de si haut quand mon fils est né de voir comment notre société fait de nous des utérus sur pieds...

Bref... Venons-en aux faits ! Les bébés m'indiffèrent complètement. Pire, ils m'agacent. Et pourtant, j'ai un enfant, que j'aime, et je ne suis pas une mère indigne du tout. Seulement voilà, un bébé, ça vous bouffe la vie, ça pleure, perdu dans ce monde tout neuf que ça ne connait pas, c'est frippé, pas joli, ça bave, ça sent la couche, et comme mode de communication primaire (et jusqu'au stade de la parole), ça ne s'exprime qu'en braillant. Et ça, OH MY GOD, que c'est agressif ! Il a faim, il a peur, il a froid, il est fatigué, il pleure... et pour certains ils hurlent. Même si les parents font leur possible pour les calmer. Le bébé est un mystère parfois. Souvent même... J'avoue avoir été à bout de nerfs des pleurs du mien, je n'ai pas vu de magie dans tout cela. Ni dans l'accouchement, ni dans les semaines qui ont suivi car le bébé n'est pas un être plus éveillé que ne l'est une larve d'une toute autre espèce. Il a fallu que mon fils commence à passer au stade du petit garçon pour apprécier réellement sa présence. Je ne dis pas que je ne l'aimais pas, mais franchement, ce stade larvaire ne m'a inspiré que du ras-le-bol et une grande empathie pour celles qui traversent le fameux baby-blues !

Je n'ai pas fait "le tour du monde du bébé", je ne suis pas allée le montrer fièrement à mes collègues, mes amis, ma salle de sport, ma boulangère, mon épicier, bref, et je ne l'ai pas collé en 4000 exemplaires sur mon facebook... Je n'en ai pas ressenti le besoin. Déjà, ça me saoule quand des gens me collent de force leur bébé dans les bras ("béh allez-y, prenez-le, si, si.." et là t'as envie de leur dire que t'as pas peur de le casser, mais que simplement, tu n'en as rien à foutre ! ah mais non, déontologiquement, ça, faut pas le dire, sinon, quand t'es un homme, tu passes pour un monstre, mais quand t'es une femme, ouille ouille ouille, c'est PIRE, on t'imagine brulant un enfant innocent au fer rouge... alors que non, c'est de l'indifférence, c'est tout !), Donc pour ma part, je n'ai pas imposé aux autres ce que je ne supporte pas moi-même. Pendant mon congé maternité, j'ai plutôt laissé venir me voir ceux qui le demandaient. Je ne vois pas pourquoi mon fils serait la 8ème merveille du monde pour mon boss ou ma voisine dans le sens où moi-même je n'en ai rien à faire du bébé des autres. Par rapport à ça, une de mes amies qui est à 400% une "Maman non merci", m'a dit "Oui mais toi tu es différente des autres mères. La plupart des femmes ne s'accomplissent dans rien, n'ont pas d'ambitions, alors leurs enfants sont leur seul véritable accomplissement. Et elles ont ce besoin de reconnaissance qui fait qu'elles le montrent à tout va : REGARDEZ ! C'EST MOI QUI L'AI FAIT !" Et cette amie me faisait remarquer que d'une part, je n'avais pas oublié de rester un individu en devenant mère (car 99% des femmes oublient que mère est une fonction de plus, non pas un état qui écrase tous les autres) et que d'autre part, je me foutais pas mal du regard d'autrui, donc forcément, aller exposer mon fils comme un objet, non. Oui, j'avoue que cette amie a visé juste me concernant.

Christine Bourgeois a dit...

(la suite)

Bien sur, quand une personne que j'aime est heureuse, cela me fait plaisir pour elle. Je suis contente de voir mes proches heureux. Mais ce n'est pas parce que ma copine Caroline est amoureuse de Bernard Le Routier qui fait d'elle la plus heureuse des femmes, que je vais trouver du jour au lendemain tous les routiers sexys et le sien plus qu'un autre ! Bon... ben idem avec les bébés, non ? Je crois qu'on est très hypocrite avec tout ça. Tout le monde dit qu'un bébé c'est mignon, mais il y a pas mal d'hypocrisie là-dedans. Quand je dis que j'ai été déçue par tel moment, agacé par tel autre, là, aaahhh, les dames se lâchent... "oui, c'est vrai, moi aussi, j'en ai eu marre..." ou bien "oh c'est vrai qu'il est laid celui-là..." Pas mal de femmes m'ont dit ne pas avoir ressembti de lien, de magie avant les 18 mois ou les 2 ans de leur enfant, déçue par cette phase mange-chie-dort-pleure chornophage et nerveusement épuisant qu'est le bébé. C'est un aveu fréquent mais... très dur à obtenir !

Et puis (alors là, Magenta, je vous sors la phrase qui généralement fait de moi LE monstre en soirée, même dite avec beaucoup d'humour), les bébés sont à l'égal de nos pets : on supporte toujours mieux les siens que ceux des autres...


Je m'arrête là, mais j'en aurais des tonnes à vous écrire sur ce que je pense de 80% des mères, ces 80% là qui, en partie, nous dégoutent d'avoir des enfants et qui jettent des fatwas sur celles qui ne veulent pas d'enfants. Alors que pourtant avoir un enfant est un choix égoiste. Mais ça non plus, il ne faut pas le dire ;oD

Et oui, c'est une mère qui parle... Etonnant non ?

Agnès Lebrun a dit...

Bonjour,
j'habite en France, et je dois dire que nous avons moins l'occasion d'avoir un montrage de bébés au bureau(heureusement).
Par contre j'ai déjà refusé de prendre un bébé dans mes bras et le papa était très décontancé!
J'aime assez les bébés mais pas au-delà d'1 an. Comme dit ma psy, à partir du moment où ils deviennent des personnes, ils m'emmerdent profondement(désolée!). Sans parler des ados...arghhh! J'aime les vraies personnes ou les chats (j'aime beaucoup les bébés chats par contre, contrairement à Magenta).
Comme je l'ai dit une fois à une collègue qui m'a dit qu'elle était pour les enfants: moi aussi je suis pour les enfants mais pas chez moi!
Bonne journée
Agnès

Magenta Baribeau a dit...

J'aime les bébés chats, mais pas en photo ;)

C'est étrange par contre pour la France, puisque où je travaille, à date ce sont les Français qui ont montré leur bébé, plus que les Québécois. Mais peut-être est-ce simplement un concours de circonstance :)

Anonyme a dit...

Bonjour ,

Je travaille auprès d'enfants en maternelle, avoir un enfant à moi, non ça ira ! J'aime quand je rentre être pépère, oui je suis égoïste...Dans mon milieu quasiment féminin, j'ai eu droit de la part de collègues à la présentation du bébé, et là j'avoue ,je n'arrive pas à m'y intéresser, un bébé ne m'intéresse pas, un enfant qui communique oui. Je me contente d'un poli "il est mimi" et reste à peine. Je n'ai jamais pris de bébés dans mes bras même celui de ma meilleur amie qui connait mon opinion sur les bébés. Par contre sa fille ayant maintenant 5 ans, je m'éclate avec elle. Mon frère va devenir papa, là j'avoue je risque de couler une larme et sûrement de le prendre dans les bras, la question sera : le ferais-je par envie ou pour ne pas vexer les parents et ne pas passer pour un "monstre" ? Là, je n'ai pas encore la réponse.

Au revoir.

Anonyme a dit...

C’est mille fois plus facile que je devienne gaga pour un beau chien dans la rue que pour un enfant...j’ai un rapport terrible avec les enfants, je ne sais pas comment leur parler, comment jouer avec eux, quoi faire... en fait c’est un handicap social :P Pourtant, ils m’aiment... c’est un mystère.

C'est pire quand une très, très bonne amie te demande d'être parrain ou marraine de son enfant et tu n'aimes pas particulièrement les enfants, mais tu aimes beaucoup ton amie... qu'est-ce que tu dis? Si tu dis non, c’est briser l’amitié, si tu dis oui, il va falloir que tu sois hypocrite ou que tu apprennes à aimer et à tolérer l’enfant.

milimus a dit...

Bien sûr que ça se peut. Encore là, ce n'est pas l'enfant en lui-même que je n'aime pas, mais c'est plutôt le fait que trouve les enfants d'aujourd'hui EXTRÊMEMENT mal élévés, justement parce que leurs parents les considèrent comme la huitième merveille du monde, et que de ce fait, bien entendu, impossible de les critiquer ou de les empêcher de faire quoi que ce soit «pour ne pas briser son estime de lui pauvre ti pit». Pour les bébés, ça va, mais encore je ne supporte pas les conversations couches-pipi-vomi des mères. On s'en tape de ses coliques, et oui ça nous fait chier que tu partes à 3h30 du travail parce que ta garderie ferme à 5h00 et que nous on doit rester plus tard parce qu'on sait bien, quand on n'a pas d'enfants, on est des cacas sur le bord de l'autoroute 20. Dans le fond,indirectement, je trippe pas sur les enfants surtout à cause des parents

Anonyme a dit...

Je ne veux pas de progéniture et la principale raison est justement parce les enfants et tout ce qui s'y rattache ne m'intéresse pas le moins du monde. Idem pour les bébés et les ados en général. Bien que je n'ai rien contre les enfants (je ne leur veux pas de mal, bien entendu), je n'aime pas particulièrement en avoir en ma présence; ça risque même de me faire soupirer intérieurement de constater qu'il y en a une fois rendue sur place, alors que je ne m'y attendais pas (et un indéniable soulagement d'avoir la certitude de leur absence):).Personnellement, je considère avoir de très belles valeurs, un grand coeur et de toute manière, je ne crois pas que cela puisse avoir un quelquonque lien avec notre amour (parfois non fondé?) ou notre indifférence des enfants. Je trouve qu'être complètement gaga devant un bébé ou un enfant d'une personne inconnue que nous voyons dans la rue est exagéré, je ne comprends pas trop même. Et ceux qui affirment que ce n'est pas la même chose quand c'est le tien, et bien je sais que ça ne s'appliquera pas à moi, sachant très bien que si jamais je tombais accidentellement enceinte, mon premier réflexe serait d'aller me faire avorter le plus tôt possible. Belle-maman nous juge à cause de cela, elle ne souhaite pas une copine comme ça pour son fils? Too bad; je ne changerai pas et je préfère être honnête. Je trouve dommage que de dire à voix haute que les enfants nous indiffèrent puisse encore être considérer comme étant choquant; où est la tolérance en 2011? Cependant, lorsqu'il s'agit d'animaux, particulièrement des chats, je n'ai peut-être pas la même attitude. ;)
P.S.: à mon boulot aussi, les nouvelles mère (moins souvent les nouveaux pères) viennent montrer leur nouveau-né, mais dans mon cas, c'était plus souvent des québécoises. À part quand la personne fait partie de mes proches, il est rarissime que je me déplace pour ce type d'événement. En terminant, merci à Magenta d'avoir créé ce blogue.

Anonyme a dit...

J'adore l'article et les commentaires lus ici, ils mettent du baume sur mon petit coeur de femme pas femme! Il y a plein de choses que je pourrais dire pour confluer, mais je suis d'accord avec pas mal tout! Je suis dans ma vie au moment ou tout le monde autour de moi se reproduit. J'ai du faire un coming-out de je veux pas de bebe, qui a plutôt bien passe avec la famille en général et avec mes amis, ça a pris plus de temps avec ma pro-vie de Mere par contre. Je pense qu' un changement s'installe tranquillement. Ce qui ne change pas par contre c'est la sagesse nouvellement acquise des nouvelles maman, qui se sentent accomplies et très intelligentes ( d'accord pas toutes mais beaucoup et surtout celles de peu d'éducation et d'ambition). Mais une chose est sure, un bebe ne fait pas de vous quelqu'un de plus intelligent, au contraire. Même des mères vous le diront. Aussi je pense que ceux qui veulent des enfants maladivement ont des problèmes affectifs qu' il faudrait adresser avant toute chose, enfin bon, ça suffit pour aujourd'hui :)

Annie B.

Anonyme a dit...

Ce que je déteste avec certaines childfree qui n'est heureusement pas le cas de Magenta (c'est pourquoi j'aime la lire) c'est celles qui rabaissent les autres pour mieux se remonter au-lieu de dire pourquoi elles ne veulent pas d'enfants pareil comme Annie B. qui dit que les mères sont niaiseuses et sans ambition ou que vous sauverez plus un chat en détresse qu'un enfant en détresse. Tant qu'à moi une telle attitude réflète de la haine ou de la jalousie. Moi aussi je ne sais pas quoi faire avec un bébé et je suis bien sans enfant, sauf que je n'ai aucune rancune envers les autres ou la nature. De plus, si vous détestez les conversations de couches pourquoi y participez-vous et qu'est-ce que ça peut vous faire à vous que vos collègues en parlent entre elles???

Sur ce bonne journée les girls!!!

Anonyme a dit...

Moi j'assume mon bashing et je mets mon nom :)

Il est vrai qu'a relire mon texte ca fait pueril. Faut croire que j'avais besoin de m'exprimer.

Je parle d'experiences personnelles. Il est vrai que de parler de manque d'ambition est un jugement de ma part, mais le manque d'education est quantifiable et verifiable.

Les autres insultes sont pures interpretations de la part de...Anonyme. Donc je n'endosse pas.

Ce sont des frustrations personnelles sur lesquelles je ne m'etendrai pas davantage pcq ce n'est pas vos affaires. Je ne suis pas parfaite, j'en suis bien desolee.

Annie B. la mechante frustree haineuse.

ps. Moi je ne veux pas d'enfants, pcq ca ne m'interesse pas simplement.

Anonyme a dit...

Affirmer que je sauverais davantage un chat en détresse qu'un enfant en détresse est une pure (et mauvaise) interprétation de mes propos. Je n'ai jamais écrit rien de tel; j'ai seulement mentionné que les animaux, particulièrement les chats, m'intéressent davantage que les enfants en général; que par exemple, la présence d'un chat ou d'un autre animal est pour moi plus agréable que la présence d'un enfant si je suis en visite chez des gens. Il serait bien de ne pas déformer les propos d'autrui, merci. :)

Magenta Baribeau a dit...

Avant que les propos ne deviennent blessants, je prierais les gens de faire sept rotations de 360 degrés de leur souris avant de cliquer "envoyer" :)

Non, sérieusement, tous les avis sont bien sûr bienvenus, ceci dit, je ne tolérerai aucune accusation ou propos blessants ici. Je le dis de manière préventive seulement. Merci :)

Cath a dit...

Il y a déjà quelques années, je devais avoir 20 ans, lors d'un repas avec des amis, vient une conversation sur les enfants. Mon avis sur la question d'avoir des enfants ou non était déjà le même que maintenant, c'est-à-dire ne pas en avoir.
J'exprime donc mes idées, je dis que des bébés m'indiffèrent, que je ne les trouve pas beau à la naissance... Discours apparemment trop véhément. J'ai perdu des amies ce soir là.
Depuis, j'ai appris à faire attention à ce que je disais et à simplement m'éloigner lorsque les conversations 'bébé' commençaient.

Mél@nie a dit...

Je suis totalement d'accord avec Christine Bourgeois. Je ne sais pas quoi ajouter. Merci Christine :)

remba1925 a dit...

C'est vrai que certaines ont des propos extrèmement forts, trop forts peut être ?
Effectivement tout le monde a le droit de ne voir aucun intérêt aux enfants, mais de là à traiter toutes les mères de névrosées affectives qui oublient qu'elles sont des femmes...bravo la caricature !!!!
Chacun vit sa vie comme il l'entend et personne n'a a donner de leçon sur ce sujet là, certaines ont décidé de ne pas faire d'enfant parce qu'elle n'en voient pas l'intérêt, libre à elles moi perso je trouve très bien que l'on assume ces choix,
Après, savoir faire preuve d'éducation quand quelqu'un vous présente l'être qui lui est le plus cher au monde pour ne pas la vexer ou la peiner je pense que ça fait partie des relations en société, comme de ne pas dire à quelqu'un qu'il a une haleine de chacal aujourd'hui ou que la robe qu'elle a mise est hideuse, ça s'appelle le savoir vivre ensemble, et ceux qui sont prompts à critiquer l'éducation que l'on donne aux enfants qui ne sont pas les leurs ferraient peut être bien de revoir la leur,
Je pense être représentative d'une grande partie de la population (je n'essaye pas de la quantifier en majorité ou pas et d'ailleurs je m'en fous...) mais moi personnellement j'adore quand mes collègues m'aménent leurs bébés, j'adore les prendre dans mes bras, les toucher et même les embrasser, je trouve qu'un bébé c'est un véritable miracle pour plein de raisons, et sans que j'ai besoin d'aller chez le psy comme semble le penser Annie B. de toutes les femmes qui aiment les enfants (je ne me permettrais jamais de faire de la psychologie de bazar sur le pourquoi vous rejetez en bloc les enfants et investissez votre affect dans des animaux, d'autres s'en sont chargé, et franchement ça ne m'interresse pas).
Alors oui pour répondre à votre question Magenta, vous avez le droit de ne pas aimer les enfants ou du moins de les trouver indifférents, et c'est d'ailleurs pour cela que je trouve votre position honnéte contrairement à d'autres femmes qui font des enfants par pression familiale ou sociétale(encore que je crois que de nos jours il y en a de moins en moins, il ne faut pas exagérer), mais par contre on est dans un monde sociable dans une communauté et on se doit de respecter certains codes de bienséance, comme quant on va chez quelqu'un et que l'on mange des endives même si on déteste,
Sinon j'aimerais bien que certains ou certaines des childfree qui interviennent ici assument réellement leur choix et arrêtent d'essayer de se dédouaner en faisant passer ceux qui n'ont pas fait le même choix qu'eux pour des "anormaux", il n'y a aucune normalité simplement des gens qui font des choix différents pour des raisons qui leurs sont propres, et qui parfois peuvent même changer de position, dans un sens ou dans l'autre, personne n'a raison ni tort, on a tous notre libre arbitre, alors merci d'avoir autant de tolérance pour les autres que vous en voulez pour vous même.

Andie C.. a dit...

Bonsoir,
J'ai 31ans et je fais partie des jeunes femmes qui ne veulent pas d'enfants..
je ne les aime pas et je ne les supporte pas.
pour beaucoup de raisons que certaines ici ont très bien su développer;
ce culte de la mère comme accomplissement de l'être d'une femme est absolument agaçant voire délirant..
le fait de naître avec une sexuation au féminin n'implique nullement d'obligation quelconque à procréer ou à se servir du potentiel organique dudit sexe féminin; c'est la loterie hasardeuse des gènes qui fixe à chacun une sexuation qu'il ne choisit donc pas;
évidemment ma position à cet égard m'a beaucoup éloignée des autres car j'assume totalement mes idées et mon indifférence totale vis à vis des enfants;
même avec mon frère aîné dont la compagne est enceinte; je lui ai dit ceci : je cite : je m'en fous totalement de ton gosse, cela m'indiffère;
il l'a mal pris, et puis m'a inondée d'injures et le reste.. au final je ne veux plus de contact avec lui et je m'en moque.. je suis ce qu'on appelle "une solo" qui vit bien et se sent épanouie ainsi..
j'ai aussi de ce fait dit à mes parents que lorsqu'il viendrait avec cet enfant chez eux qu'ils me préviennent afin que je sois absente si d'aventure je passais en prévision les voir moi-même le même jour..
et c'est ainsi avec tous ceux qui ont des enfants ou quelque curiosité de la chose; si je rencontre quelqu'un qui veut me parler d'enfants, je clos la conversation brutalement par un : "ça ne m'intéresse pas !" et je ne revoie plus la personne;
je suis une férue de littérature, diplômée en lettres et en philosophie et ma seule préoccupation est d'oeuvrer dans ces domaines.
je préfère de loin écrire une étude transversale de Céline à Celan que d'entendre des "bonnes femmes" trainant leurs poussettes dans les rayons de supermarché babiller autant que leur bébé en évoquant l'option bébé Toy R'us "qui chie qui pète"..
je remercie beaucoup Magenta d'avoir créer cet espace d'expression pour celles qui sont d'une certaine manière opprimées par ces femmes-mères qui seraient prêtes pour beaucoup à jeter dans un four celles capable de dire qu'elles s'en foutent de leur enfant..
beaucoup de femmes font des enfants parce que c'est tout ce qu'elles savent faire dans le fond, c'est la seule façon pour elles de donner un sens à leur vie, de se rendre intéressante, d'avoir dès le matin au réveil une direction précise..
en quoi je dis pourquoi pas ! mais qu'elles ne viennent pas dire et imposer à celles qui n'en veulent pas d'enfant, que leur façon de vivre est la meilleur, la plus belle, la plus souhaitable..
finalement je me moque de savoir comment les autres vivent du moment qu'ils ne me dérangent pas dans la mienne de vie..
je vous remercie Magenta
Bien cordialement à vous..
et évidemment à toutes celles qui participent à cette discussion.. tous ces mots d'elles lus me confirment dans le fait que je ne suis pas ce que certains se sont acharnés à répandre : un monstre;
je suis indifférente tout simplement, et je dispose de suffisamment de richesse en moi pour pouvoir me passer d'un enfant..

remba1925 a dit...

J'avais posté un message, j'aime à penser que c'est un problème technique qui est la raison de sa non parution...du moins je le souhaite,
bref, en résumé car le message était long, je suis assez outrée et décontenancé par l'attitude de certain(e)s dans les commentaires qui précèdent, comment peut on laisser entendre que parce que l'on aime les enfants ont a un problème psychologique?... qu'il est tout à fait anormal d'être émerveillée par un bébé ?, permettez moi de le dire c'est du grand n'importe quoi, moi personnellement j'adore les enfants, les miens et ceux des autres, je suis ravie quand mes collègues viennent me présenter leur bébé,
Vous avez tout à fait les uns commes les autres le droit de ne pas être touchés par les enfants, par contre il y a quelque chose qui s'appelle l'éducation, le savoir vivre ensemble qui devrait normalement vous empecher de le claironner ouvertement quand une personne vous présente l'être qui lui est le plus cher, de faire un peu semblant, qu'elle est l'intérêt de peiner cette personne,
Il me semble paradoxal que vous ne puissiez faire preuve à ce moment du minimum de politesse et d'éducation que vous réclamez pour les enfants des autres (vous savez ceux qui vous agacent dans les restaurants, les trains, les avions, etc...),
Assumez une bonne fois pour toutes sereinement votre non désir d'enfant, sans aigreur ni agressivité, et sans chercher à faire deux camps ceux les "proenfants" et les "childfree" en essayant systématiquement de prouver que seuls les childfree sont dans le vrai, malheureusmeent, et ce n'est pas la première fois que je le remarque, vous avez EXACTEMENT la même attitude que vous condamnez de ceux qui ne comprennent pas votre non désir d'enfant à savoir essayer à tout prix de dénigrer ceux qui ne pensent pas comme vous,
Il n'y a pas une vérité chacun à son désir de vie, et nous devons tous RESPECTER celui des autres,
Je respecte votre non désir d'enfant, comme beaucoup de personnes autour de moi d'ailleurs, il est donc normal que j'attende de vous le même respect de mon choix et du choix d'une grande majorité de personnes d'avoir des enfants et d'être épanouis comme cela,
Et juste de façon anecdotique : arrêter de comparer les enfants à une catégorie d'animal de compagnie, vous avez été des enfants et le devenir d'un enfant est normalement d'être un adulte comme vous, peut être serait il bon que certains s'en souviennent avant de faire des approximations douteuse (mettre sur le même plan un être humain et un chat me semble du plus incongru)

Karine Wuillot a dit...

Bonjour Magenta !
Voilà un site qui fait du bien, c'est peut-être la première fois que je vois quelqu'un avouer que le fait de ne pas aimer les enfants puisse exister. Bon, je suis pas bien vieille, j'ai 17 ans, alors forcément, si je dis que je n'aime pas les enfants, je ne suis pas prise au sérieux dans 90% des cas. Et pourtant... ! Ayant eu plus petite un panorama magnifique sur la vie de parent grâce à ma soeur,qui aurait aimé que les journées durent 26h et qui hurlait toutes les 2 min sur ses gamins, j'ai vite compris que j'aurai du mal à sacrifier mes études et mon boulot, en plus de mon énergie, pour reproduire le même cauchemar.

Cela dit faire des enfants... Ah ben il serait temps que j'y pense !! En France, fait que je trouve plutôt inquiétant pour ma part, je ne sais pas si c'est la même chose u Québec, on assiste à une multiplication des émissions et des films sur les mères adolescentes... une maternité qui, bien sûr, se fait dans le bonheur, et les grands-parents sont eux aussi ravis de la grossesse que leur fille !... A la limite, faut croire que ça leur plairait plus qu'une fille soit enceinte et qu'elle ruine ses études... Après tout hein, la femme est faite pour être mère... Même si elle regrettera parfois de l'avoir été...

Mél@nie a dit...

Christine Bourgeois m'enlève les mots de la bouche. Je suis aussi de ces mères qui ne jouent pas la comédie en parlant de la maternité. J'ose dire que je n'ai pas aimé mon expérience et, drôlement, comme Christine le rapporte, certaines font volte-face en procédant à leur "coming out", d'autres se choquent en se demandant quelle sorte de mère suis-je puis, d'autres comprennent.

La pression est forte dans notre société face à la maternité. On écrit littéralement des guides pour dicter aux femmes quoi faire ou ne pas faire pendant la grossesse. On leur dicte même le contenu de leurs assiettes! Certaines femmes en développe des névroses si elles omettent de suivre le dictat. En plus d'avoir transgressé une règle pouvant avoir causé du tort au foetus, elles subissent le regard critique des autres. Quelle cirque!

Et après l'accouchement, c'est encore pire! Si tu accouches par césarienne, tu vas à l'encontre de la nature; si tu accouches avec l'aide d'une sage-femme, tu es une irresponsable. Tout de suite après, l'Organisation mondiale de la santé, comme si elle n'avait que ça a faire, nous injecte une bonne dose de culpabilité si on n'allaite pas notre poupon.

La mère qui n'allaite pas sera donc responsable des difficultés d'attachement entre elle et son enfant; sera responsable des nombreuses infections qu'il attrapera pendant sa petite enfance; sera responsable des nombreuses allergies qu'il développera et de l'obèse qu'il deviendra. Et croyez-moi, j'en sais quelque chose! J'ai décidé sciemment de ne pas allaiter mon fils et je n'ai pas vu l'ombre des menaces pour sa santé psychologique et physique se pointer. Il a 5 ans aujourd'hui.

Alors, quand on me demande si je veux un autre enfant, je répond non. Et quand on me demande pourquoi, je suis intarissable. Personne ne doit se justifier mais moi, j'adore évoquer ces raisons. Et la principale raison est que j'ai DÉTESTÉ être enceinte. Cette période a été pénible pour moi et je peux vous affirmer que la société, telle qu'elle agit face à la maternité, contrôlante et orthodoxe, a tout ce qu'il faut pour freiner les élans maternels les plus fervents.

Ceci dit, j'ai un plaisir fou avec mon fils, aujourd'hui âgé de 5 ans. C'est un petit homme très intelligent et c'est une joie de lui enseigner la vie, et ce, même en ayant brûlé tous les livres, truffés de bons conseils, qui auraient pu m'aider à faire mieux (je suis morte de rire en écrivant cela).

Interminable cirque!

Et je signe,

Mélanie Roy, Rimouski

remba1925 a dit...

cela fait trois messages que je poste et qui ne sont pas pris en compte. quel est le problème ??

Magenta Baribeau a dit...

remba: pas de souci, j'étais en plein déménagement et sans accès internet.

Andie C a dit...

Bonsoir..
j'adore les bébés chats aussi.. j'ai une chatte.. elle n'est plus bébé mais elle donne beaucoup contrairement aux enfants, eux ils prennent, ne donnent rien sauf des problèmes.
De leur naissance jusqu'à au moins 20ans voire plus ils ennuient et coûtent cher.
Sans oublier ceux qui deviennent semi-délinquants à l'adolescence, ceux qui deviennent semi-psychotiques aussi, ceux qui font les maqueraux sur leurs mères etc.... les enfants d'aujourd'hui sont très mal éduqués, trop gâtés, mis sur un piédestal.. petits ça va mais ensuite ils deviennent ingérables.. j'ai entendu des histoires dans mon entourage amical c'est à s'arracher les cheveux.. une amie embourgeoisée et professeur dont le fils adolescent l'insulte copieusement et le père un vieillard universitaire ne disant rien, si bien qu'un jour je n'ai pas pu m'empêcher de lui dire qu'il devrait recevoir quelques gifles que ça ne lui ferait pas de mal..
franchement je la plains, elle me fait pitié..
les mères ici qui évoquent leurs enfants, attendez l'adolescence quand ils boiront de l'alcool, qu'ils commenceront à mentir, à fumer de la drogue, et à faire n'importe quoi avec une bande, quand ils vous insulteront, vous mépriseront..
les enfants de nos jours c'est cela gâtés, pourris et sans respect.. à mon époque c'était le sport,le respect des adultes, la rigueur, et l'innocence..
il y a mon indifférence mais aussi la société qui me poussent à ne pas en avoir, quand je vois les enfants des autres, j'en vois assez pour être écoeurée.. je suis d'un vieux monde, d'une vieille éducation et de racines russes;
certaines font bien de dire que les enfants justement ne restent pas des enfants, qu'ils deviendront des adultes et avec quelles manières ? la question demeure ouverte..
comme disait Coluche, un humoriste français je précise pour Magenta qui est au Québec, dans un sketche " mon grand-père disait que chaque année un contingent massif de cons venait au monde mais cette année il y en a tellement qu'on dirait que les cons de l'année prochaine sont déjà là !"
Bien cordialement à toutes..

Lay Blends a dit...

Bonjour,

J'ai longtemps cherché des informations sur les femmes qui n'aiment pas les enfants sans pour autant trouver mon bonheur... Et puis j'ai trouvé ce site. Et franchement, ma vision à légèrement changé depuis !
Autant je suis plutôt d'accord avec la forme (les enfants, c'est un peu des fléaux, c'est dégoutant et ça coûte cher) autant je n'ai pas l'esprit aussi revêche que vous envers eux. Attention, je ne juge personne chacun à le droit de penser et surtout de dire ce qu'il souhaite, autant je trouve certaines réactions totalement ignoble, je parle surtout pour Andie.C, qu'elle n'y voie aucune attaque personnelle, mais je trouve sa réaction extrêmement excessive. Autant je peux comprendre que l'on soit totalement indifférent aux enfants des autres, autant je n'arrive pas à comprendre que l'on puisse être si insensible au bonheur (car c'est un bonheur pour ceux qui les aimes, ces enfants) des futurs parents de sa propre famille. Qui plus est lorsqu'il s'agit de son frère !! Je dois dire que son commentaire m'a choquée.
Mais passons, chacun réagit à sa manière.
Je cherchais des informations car je pensais ne pas aimer les enfants, que je ne saurais pas m'occuper des miens si toutefois un jour j'en avais... Eh bien, en fait, non. Je n'aime pas les enfants, mais seulement ceux que je ne connais pas. J'adore mes cousins et cousines ainsi que mon petit frère et je suis totalement capable de m'occuper d'eux. Je ne suis pas non plus avec des œillères : les enfants sont des êtres infernaux qui rendent la vie impossible la plupart du temps, qui parfois sont moches et/ou méchants (je réfute totalement l'idée qui consiste à dire que tout les enfants sont beaux et que tout les enfants sont gentils, parce que c'est complètement faux, faut pas pousser Mémé dans les orties non plus), qui sont bêtes, et que tout bébé, ils ne sont pas vraiment intéressants, mis à part si on aime les gazouillis, la diarrhée et les réveils à 3h du matin.
Mais votre article et les commentaires m'ont fait comprendre une chose : je pensais ne pas aimer les enfants, être un monstre... Mais en fait, je suis tout ce qu'il y a de plus "normal"... Si on peut appeler ça comme ça !!

Alors juste... Merci !!!

PS : Oh et juste une question : j'ai remarqué que plusieurs d'entre vous ont avouer préférer les animaux (le plus souvent les chats) que les enfants. Vous pensez que cela à une explication ou bien que cela est juste une coïncidence ? Merci !

Anonyme a dit...

Oui, ça se peut. Complètement.

je n'aime pas les enfants pour plusieurs raisons:

- Ca fait du bruit. Ca chouine, ça caquette, ça chantonne, ça hurle, ça pleure, ça parle pour ne rien dire.

- Ca me met mal à l'aise: en format bébé, je me refuse à faire la gâteuse de service et à leur parler comme à des demeurés ("quiqui c'est qui donne son doudou de sa mainmain?"), en format plus évolué, je ne comprends pas ce qu'ils disent, et en format enfants, je n'ai rien à leur dire.

- Ca ne fait attention à rien: et vas-y que je mets mes mains pleines de doigts sur les vitres, sur les murs, dans les assiettes, et vas-y que je monte sur le canapé avec mes pieds tous sales (parce que ça a marché dehors pieds nus), ça fait tomber des trucs fragiles par terre (et ça ne fait jamais exprès, notez bien!), ça touche à tout (dans les rayons de supermarché/aux caisses, les bibelots fragiles à la maison), et les éléments mâles font pipi sur le bord des WC.

- En format bébé, ça bave, ça fait prout et burp.

- Ca coûte cher

- Ca ne rapporte rien (ou presque: allez, une part sur la feuille d'imposition? (je suis française))

- C'est une contrainte quotidienne pour tout: pas de grasse matinée, plus de ciné/restau/calin improvisé, partir tôt du boulot ou arriver tard au boulot, prendre ses congés en même temps que la masse pendant les vacances scolaires, partir une journée en balade revient à partir avec sa maison sur le dos (et s'il a faim? Et s'il a soif? Et s'il est malade en voiture? Et s'il s'ennuie? Et s'il ne veut pas marcher? Et si... etc)

D'un point de vue général, je partage les constatations du billet: jamais compris non plus pourquoi les jeunes mères éprouvaient le besoin de venir montrer leur "production" au bureau (surtout qu'un bébé qui vient de naître, généralement, c'est laid, soyons objectifs), voir un bébé ne me met pas en transe spasmodique ("oooohhhh qu'il est mignonchoupikawaitouplein!"), ils se ressemblent tous (à noter quelques spécimens rares vraiment très très mignons, j'en vois un ou deux par an, pas plus), ça ne m'inspire rien, ça me laisse de glace.

En bref, oui, ça se peut. je conçois (notez bien, je ne dis pas que je comprends) que certaines personnes aiment les enfants, mais j'aimerais bien que lesdites personnes conçoivent à leur tour que d'autres puissent ne pas les aimer.

Sophie P. a dit...

Bonjour,
je découvre ce jour votre blog, et je suis contente de retrouver mes points de vue sur la maternité/les enfants partagés par de nombreuses personnes.
Avant je me trouvais un peu bizarre de ne pas vouloir d'enfant et de surcroît de ne trouver aucun intérêt aux enfants en général, mais sans que cela me traumatise non plus!
Au bureau (en France) je n'ai pas échappé à la présentation du nouveau-né et aux photos des enfants, moments pénibles pour moi.
Une fois un collègue (seul spécimen, sinon ce sont toujours des femmes) d'un autre service est venu montrer des photos d'un de ses enfants (!) mais je suis restée ostensiblement à mon bureau pendant que les autres s'extasiaient (of course!). Regards en biais garantis, mais j'étais fière de moi de montrer ma réelle opinion sur ce genre de pratique!
Une autre fois, les photos m'ont été fourrées sous le nez, impossible d'y échapper. J'ai regardé brièvement, sans donner de commentaires.
Pourquoi font-ils ça, mystère pour moi! Après tout, ces enfants existent parce que les parents ont tiré un coup, c'est à la portée de n'importe qui! Qu'ils me montrent un objet qu'ils ont fabriqué de leurs mains, là, ok, mais leur enfant ??
Quant à la présence même des enfants, elle me met mal à l'aise, car je ne sais pas quoi leur dire, et ce qu'ils ont à me dire est inintéressant. Et j'ai largement passé l'âge de partager leurs activités (eh oui à 39 ans je ne m'épanouis pas dans le coloriage ou les parties de cache-cache!).
Merci pour votre blog qui permet de diffuser la parole childfree, bien souvent censurée par ailleurs.

milimus a dit...

Moi je félicite Mélanie pour exprimer tout haut ce que bien des mamans n'osent pas dire...J'ai toute mon admiration pour ces mères, qui donnent leur 100%, mais qui ne tentent pas de nous faire croire que la maternité est idyllique et sans défauts, comme le discours social essaie de nous le faire croire. Parce qu'être une mère, c'est dur. Et parce que personne n'est parfait. Moi j'en ai surtout contre celles qui nous gonflent avec la perfection et la pleinitude de leur existence, contre la vacuité de la nôtre.

remba1925 a dit...

Pour répondre à Millénium et aux autres, pourquoi avoir toujours besoin de dévaloriser l'expérience des mères pour vous conforter,
Chacun vit cette expérience avec sa sensibilité, moi personnellement même si c'est dur parfois, il y a tellement de satisfaction, ne serait ce que quand une de mes filles se jette dans mes bras et me dit "maman je t'aime" ça vaut tout au monde,
et perso je n'ai pas l'impression de sacrifier beaucoup de choses ou que des choses minimes, j'ai un travail prenant et super épanouissant, je voyage, je lis, je vais au ciné, je sors, bref j'ai une vie pour moi, et j'ai même une vie de couple très épanouissante (eh oui..je ne suis pas qu'une mère)
chacun ne peut parler que de son expérience et arrêtez de généraliser, la personne qui parle de sa grossesse, ne peut parler que de son expérience,
sur deux grossesses j'en ai vécu une super épanouissante et gratifiante (comme celle là j'en aurais vécu 10..) et une super angoissante et pas géniale,
donc pourquoi chacune se permet de généraliser ???
et arrêter de croire que ceux qui s'épanouissent en ayant des enfants font du prosélytisme, vous n'aimez pas les enfants, cela vous regarde mais arrêter de dénigrer pour conforter votre position,
Quant à l'attitude de certaines face aux enfants des autres (ou aux photos)c'est au mieux de l'impolitesse ou de la grossièreté, au pire de l'agressivité haineuse et paranoïaque,

Magenta Baribeau a dit...

Remba1925: Justement personne ne dévalorise quoi que ce soit. Plein de mères se sont exprimées sur le sujet et la plupart des gens (dont moi) les admirons pour ce qu'elles sont capables d'accomplir dans une seule journée et dont je ne me sens vraiment pas la force de faire.

Ma position ainsi que la position des femmes que j'essaie de représenter avec mon film est inclusive. Nous aimons les mères. Finissons-en une fois pour toute de ce maudit combat à savoir qui est la meilleure, la plus/moins égoïste: la mère ou la non-mère. Moi, je dis personne! Personne n'est parfait.

Il y a des mères égoïstes et des non-mères égoïstes. Il y a des mères fainéantes et des childfree paresseuses. Il y a des non-mères généreuses et des mères généreuses. Et le contraire de toutes ces affirmations est aussi vrai.

Bref personne n'est dévalorisé. Qu'on se le tienne pour dit.

remba1925 a dit...

Merci pour cette mise au point Magenta, il fallait que ce soit dit,
d'autant plus que votre opinion rejoins parfaitement la mienne même si j'ai été très maladroite pour le dire,(j'avoue avoir été hérissée par certains commentaires débordants de haine)
Il n'y a effectivement aucune guerre des clochers, et comme vous le laisser entendre, et en cela je m'inscrit à mille pour cent, arretons de nous définir par rapport à notre position de mère ou non mère, nous sommes avant tout des êtres humains avec les défauts et les qualités, et notre choix de vie avec ou sans enfants, ne fait pas de nous ni des gens meilleurs ni pires,

Maria Ferrari a dit...

"Bien que je ne veux pas devenir mère, j'adore les enfants." Est-ce toujours vrai ou a-t-on parfois peur de dire la vérité qui choquera sans doute?"

Je pense que c'est vrai (en tous cas pour un certain nombre d'entre elles), vu que c'est mon cas. J'aime beaucoup les enfants, y compris les bébés (ils ne m'indiffèrent pas, je les trouve souvent mignons)... mais je n'ai aucune (mais alors AU-CU-NE) envie d'en avoir un à moi.

Ce qui est bien avec les enfants des autres, c'est que tu ne les as pas en permanence sur le dos, que tu n'as pas de responsabilité vis-à-vis d'eux (ou alors, très provisoire, quand on te les confie le temps d'une après midi), que tu n'as pas à te soucier de leur avenir, à t'en occuper, à laver leurs fringues, à les surveiller, les gronder, etc...

Après, je conçois parfaitement que les bébés et les enfants puissent indifférer les gens (ce n'est pas parce que quelque chose te plait qu'elle doit forcément plaire aussi aux autres, et ceci est valable pour les bébés comme pour les voitures et les maisons, on n'a pas tous les mêmes passions, ni les mêmes envies !). Tout comme j'aimerais que certaines personnes de mon entourage (qui me lancent le sempiternel "Et toi, c'est quand que tu nous en fais un ?") conçoivent le fait que je n'ai pas envie d'en avoir.

Pepette de France :) a dit...

Moi c'est la soeur de mon copain qui à eu 2 enfants (avec seulement 1 an d'intervalle,oui beau record...).
J'ai que 25 ans, ma belle soeur 24 et à clairement construit sa propre famille afin d'oublier les erreurs qu'il y à pus avoir dans celle de son enfance (pas besoin de faire master psy pour comprendre ça hein...).
Je me désespérée d'être invitée chez eux et de me dire que toute la soirée ma belle soeur et mon beau frère vont essayer de nous les coller dans les bras (et oui les jeunes parents sont exténués et genre c'est à nous d'assumer pour les soirées...ah ah).Au secours les enfants ne m’intéresse pas.Et pourtant moi aussi je me considère comme quelqu'un de bien.Mon conjoint me dit que je suis mère thérésa et même bien trop gentille.Il me connait mieux que personnes. Ça fait 7 ans que nous sommes ensembles.Mais les enfants ne m’intéressent pas, j'y peut rien.Comme quoi c'est pas incompatible d'être foncièrement gentille, vraie et ne pas aimer les enfants...

Anonyme a dit...

Oui pareil je me pose bq de questions sur le sujet tant cela me semble anormal de ne pas apprécier les enfants et rien ou presque sur le sujet sur le web ?? Est ce si rare ? Effectivement les enfants m indifférent voire m ennuient quand il s agit de les supporter plusieurs heures.il sont rarement si mignons en fait ils sont comme TT le monde il y en a des bo, des moches et beaucoup de bof. Certains sont attendrissants mais franchement tous sont ennuyeux passe 5 minutes. Si on est pas un amateur de l observation de l apprentissage social, seul intérêt - j avoue que le manque de conversation, le manque d éducation de civilité et surtout le manque flagrant d empathie ou l extrême égoïsme des enfants me fatigue d avance. Si on passe de si nombreuses annees a apprendre ces choses pourquoi glorifier ces petits êtres qui ne disposent d aucunes de ces qualités ? En quoi est ce interessant de jouer avec un enfant plutot qun adulte ? Est ce pour sa valoriser, se donner l impression qon a tant a apprendre ? Je ne les rends pas coupables c normal de ne pas avoir de conversation ou d éducation petit mais c normal aussi de préférer passer du temps avec quelqu'un qui en a. Par ailleurs on idéalisé la maternité et les enfants constamment alors au il n y a pas plus cruel qun enfant envers un autre et que leur vie a l école risque d être hostile. De la même façon on a l impression que enfant vaut plus que l adulte et pourtant l adulte a quand m plus de choses a son actif et d implications affectives globales que l enfant qui n est pas totalement un individu avec son histoire et son caractère.En plus l adulte n est rien de moins au un enfant qui a grandit et s est élevé en quoi donc aurait il moins d importance ?

MEDEE a dit...

Bonjour,
Entourée depuis peu par une vague de naissances, je me suis mise à me questionner sur mon état.
Suis-je un monstre? Un monstre comme ceux des contes de fées car je déteste les enfants. Non, je ne les déteste pas, je les abhorre!!!!!
Cette aversion a débuté très jeune, peu-être l’élément déclencheur fut quand je vis ma grande soeur enceinte. J’avais 15 ans elle 26.Elle était si grosse qu'elle avait peine à s'asseoir, elle montrait à ma mère ses jambes sur lesquelles les vaisseaux avaient "cassé"....Ma grande soeur si belle, que j'admirais, je la voyais ainsi dégradée....Son beau physique, elle ne l'a jamais récupéré.
Bref, un premier traumatisme du à cette vision horrible de grossesse (dans le terme grossesse, il y a GROS..° ) Hasard ou fatalité, je n'ai pas très bien réussi mes études et je suis devenue prof, de lycée. Vivre au milieu des ados a fini de me faire détester tout ce qui ressemble à un petit humain.
Petits, c'est inintéressant et chronophage, un peu plus grand ça tape sur le système. Ca prend, ça ne donne jamais rien (ah si, le fameux maman je t'aime, papa tu es le plus beau) pas cher payé pour des nuits d’insomnies, des vacances ratées, des contraintes multiples...Ce blog me rassure. Vraiment. Je suis tombée enceinte par accident, ma première pensée fut: avortement. Je ne me suis même pas questionné sur quoique ce soit d'autre. Je n’aurais jamais pu avoir un enfant et qd, ds mon entourage qq un m’annonce une grossesse, ma première réaction est : oh, eh bien bon courage, fini le tranquillité, bonjour la galère...Dans ce blog j'ai lu des commentaires qui se moquent des "femmes à enfants" mais moi je trouve encore plus surprenant celles qui font des enfants et revendiquent haut et fort qu'elle sont des femmes avant des mères, qu'elles veulent bosser, être indépendantes, etc, etc....N'y a t-il pas comme un paradoxe??? Faire un enfant est la chose la plus aliénante qui soit, revendiquer sa liberté devient quasi illusoire.....Et le cocktail des deux, cela donne des enfants hyper mal élevés. En conclusion je ne suis pas loin de penser les femmes, dans notre société, deviennent schizophrènes.....

Nina a dit...

Bonjour,

Quel bonheur de lire autant de commentaires qui respirent la franchise et la réflexion !
Je suis toujours estomaquée par ces filles (ou femmes) qui n'ont jamais eu à se poser de questions, qui n'ont jamais eu de doutes : "J'ai toujours su que je voulais des enfants, je n'ai jamais eu peur d'en avoir, ...". En fait, je crois que je les envie. Car si je suis comme la plupart d'entre vous, à savoir que les enfants m'ennuient, que je n'ai aucun intérêt à les fréquenter, je sais aussi qu'un jour, j'éprouverai le désir d'avoir un enfant. Je pense vraiment qu'avoir ses propres enfants n'a pas le même effet que de voir les enfants des autres, du moins il est rassurant de penser ainsi.
Les enfants, j'essaie de les trouver mignons, et certains le sont (bons, certainement pas les bébés). Mais alors, et je culpabilise un peu à cette pensée, à la vue d'un enfant, je n'ai jamais ressenti ce que je ressens quand je vois un petit animal (chaton, chiot, ou autre), cette petite pression sur la poitrine qui nous fait dire "Il est trop chou !". Mais j'admets parfaitement que certaines femmes, la plupart j'ai l'impression, ressentent ce même pincement lorsqu'un petit être humain se trouve devant elles. Il serait intéressant de savoir ce qui provoque cette sensation chez certaines et pas chez les autres. Est-ce l'éducation ? Est-ce biologique ?
Quoiqu'il en soit, je ne pense pas qu'il faille jeter la pierre à ces femmes qui s'extasient devant un bébé. J'essaie juste de me dire que c'est un peu comme les arts graphiques : certains apprécient un tableau, ressentent quelque chose, et pour les autres, ce peut être le vide sidéral. Il n'empêche que souvent l'artiste a bossé et que son travail est respectable !
Peut-être qu'un jour je ferai une toile et que je serai simplement satisfaite du résultat parce que ce sera MA toile. Sans doute les parents prennent-ils plaisir à être des sortes de "créateurs".
Je crois aussi que beaucoup de parents font des enfants pour combler le vide de leur vie, pour éviter de penser, de s'ennuyer, par peur d'être seuls. Il est regrettable qu'ils ne l'admettent pas davantage.
Merci pour ce blog, très libérateur !

momo a dit...

moi aussi je n'aime pas les enfant je supporte pas leurs présence
d'ailleurs un bébé quand je le vois me fou la frousse*
je n’aurai jamais d’enfant car impossible de lui donner un vrai amour
ça fait plaisir de voir des gens qui sont comme nous
ce qui m’agace le plus c'est les parent qui montre leurs gosse comme si il voyais un bijou alors que un bébé c'est affreux a mon regard
moi j'adore les animaux eux ne vous feront jamais de mal

Jeanjean12 a dit...

Quand ma soeur est née, j'étais un ado.
Déjà, je n'avais aucun attachement particulier envers elle car elle était née d'un beau-père que je détestais et pour moi, cet enfant symbolisait l'union de ma mère liée dans la chair avec cet immonde connard, et cela signifiait que j'étais dans la merde et que je devrais le supporter encore longtemps.
Vous allez me dire "Oui, mais ce n'était pas la faute de l'enfant !". Oui, et c'est pour ça que je n'ai pas détesté cette demi-soeur (sauf dans les premiers mois où elle passait son temps à chialer et pousser des cris stridents, donc là oui, je ne la supportais pas. D'autant plus que j'étais pris entre elle et mon beau-père qui hurlait beaucoup donc il y avait beaucoup de bruit et de stress dans la maison).
Cependant, je ressentais une très grande indifférence vis-à-vis d'elle.
Si elle en était venue à mourir, je n'en n'aurais pas été affecté.
Je ne l'ai jamais pris dans mes bras.
Cela a toujours provoqué la colère et l'incompréhension dans ma famille, et un jour, mon frère m'a raconté qu'ayant dit a un des ses amis que je n'avais jamais pris ma soeur dans mes bras ni même fait un bisou, celui-ci lui avait répondu que j'étais un "malade mental".
Il m'a dit ça pour me faire réagir et culpabiliser.
J'ai bien essayé de changer, mais le problème c'est que c'est dans ma nature, et que je ne vois pas forcément ça comme un défaut de caractère, juste comme une manière d'aborder différemment les choses.
Le pire, c'est qu'il y a une espèce d'inquisition des gens émotionnels, gagas des bébés, contre les gens plus rationnels comme moi.
Car je ne vois pas pourquoi il FAUT réagir quand on voit un enfant, pour moi ce sont des gens comme les autres, et jusqu'à un certain âge, qu'on se le dise, ce sont des boulets.
Maintenant, je n'apprécie pas qu'on fasse de mal à un enfant, je ne les déteste pas et je comprends qu'ils aient statut différent car ils nécessitent plus d'attention qu'ils peuvent en donner eux-mêmes, mais ils m’indiffèrent complètement.
En fait, je ne peux donner de l'affection qu'aux ados/adultes, aux gens avec qui j'ai construit des liens petit à petit.
On ne peut techniquement pas créer des liens avec un enfant, du moins pour moi c'est difficile car nous n'avons pas les mêmes intérêts.
Avec mes enfants, je m'imagine bien en revanche, plus facilement être affectueux et physique (même si cela demande du temps, car ce n'est pas dans ma nature, mais bon ce sont quand même mes enfants !).
Avec mes petites copines, potes, jamais eu trop de souci (surtout avec mes petites copines) pour montrer mon affection.