vendredi 27 août 2010

Les prénoms d'enfants et les modes débiles

Vous allez me trouver ronchonneuse, mais un de mes sujets préférés pour râler, c'est le choix des prénoms. C'est un truc que j'ai à coeur depuis que je suis petite, des fois je me dis: "Mais qu'est-ce que les parents ont bien pu penser appeler leur fille Georgette ou leur fils Gérard."


(Si on donne de ce chocolat à un enfant et de surcroît il se nomme Gédéon, alors il ressemblera vraiment à une personne âgée!)

J'imagine déjà la scène, la maman radieuse à l'hôpital qui regarde son nouveau-né et s'exclame: "Ah, comme il est beau, je vais l'appeler Gaétan parce qu'avec sa peau ridée il a déjà l'air d'un petit vieux! Sa petite soeur de 2 ans, Claudette, va l'adorer!" Non mais, quand même!

Une amie m'avait déjà dit que la fille de son copain s'était présentée à la maison avec une amie d'école dénommée Pierrette. Et la fillette n'avait que 7 ans. Mon amie avait d'abord cru que la gamine avait dit ça pour rire et avait donc élaté de rire en disant: "Mais non, dis-moi ton vrai nom." La honte.

Je pense à ça aujourd'hui puisque j'étais en train de choisir mes légumes venus tout droit de chez mon producteur (de légumes, et non de film) pour me monter un beau panier bio quand j'entends une jeune mère près de moi chercher son enfant d'environ 4 ans en disant haut et fort: "Narcisse, où es-tu?" Appeler son enfant Narcisse, c'est à mon avis s'attirer des ennuis. Déjà que les ados sont généralement centrés sur leur propre nombril, je me demande bien de quoi aura l'air celui-ci à 13 ans.


D'ailleurs, un autre truc qui me fait sortir la fumée par les oreilles est l'orthographe inusitée des prénoms. Cette mode fait rage au Québec (et peut-être ailleurs) depuis près de 20 ans. Nous avons des Marie-Clôde, des Stéfany, des Émy (oui, Amy, ça fait trop anglo), des Silvie, des Joahnie, etc. À mon avis, si vous voulez des prénoms nuls, alors assumez l'orthographe classique. Si vous voulez vraiment faire dans l'inédit, alors inventez-en carrément un parce qu'écrire Mari-Crystyne au lieu de Marie-Christine, je trouve que c'est faire exprès pour que son enfant doive passer sa vie à épeler son nom pour les autres. Déjà que les gens savent pas comment écrire correctement des noms simples, alors quand on fait dans le "prénom classique mais avec une orthographe débile", ça m'énerve!!

Ça doit être une déformation professionnelle, je fais du sous-titrage depuis des années et les Michèle/Michelle, Danièle/Danielle, Marie-Pier/Pierre etc, ça m'irrite au plus haut point, bon.

Bref, mes petits conseils aux futurs parents:

1) Si vous voulez un prénom classique, alors gardez l'orthographe classique. Si vous voulez aller vers l'éclaté alors gardez quand même une orthographe normale: pas trop de "y" et de "k", SVP.

2) Pensez à l'enfant. L'avez-vous désiré? Oui? Alors n'essayez pas de le faire chier en lui imposant le prénom de son grand-père. Parce que Archibald, c'était sympa en 1895, mais maintenant, c'est lourd. Et si vous ne l'aimez pas, alors donnez-le en adoption au lieu de le punir en lui donnant un nom atroce pour que tous ses petits copains (qui auront sans doute des noms aussi cons) puissent rire de lui.

3) Alors pour les filles, on oublie tous les noms qui se terminent en "ette". Les Claudettes, Mariette, Georgette, Pierrette... on en a eu assez avant la Révolution tranquille, faites que cette époque soit révolue!

4) Soyez imaginatifs sans faire dans le n'importe quoi. Ne suivez pas les modes, au début des années 80, les classes regorgeaient de Stéphanie, Catherine et Caroline et donner le même prénom à son enfant que sa voisine, sa cousine et sa meilleure amie, je trouve ça vraiment con. Un prénom, c'est fait pour qu'on différencie les gens, non? Bon, alors restez loin des modes.

C'était non pas mon grain de sel mais mon champs de sel au grand complet.

Je vous propose cette amusante vidéo de Bourvil à propos d'une femme nommée "Salade de fruits"... comme quoi, attention, parents, si vous nommez votre fillette ainsi, elle risque d'attirer de vieux pervers... ;)


D'ailleurs, ça me rappelle une chronique de Pierre Foglia que j'aime beaucoup qui avait écrit il y a quelques années un article à propos d'un couple qui voulait appeler leur fille "C'est un ange", ils se sont battus pour leur droit au prénom ridicule et ont reçu la bénédiction de la Cour Suprême. N'importe quoi.

J'ai retrouvé cet article de Foglia, à lire sous "La liberté":

mercredi 25 août 2010

La chanson Blues Maman de Chloé Sainte-Marie

Une amie, mère childfree de surcroît (oui, ça existe!) m'a parlé de la chanson Blues maman sur le dernier album Je pleure, tu pleures de Chloé Sainte-Marie que je ne connaissais pas. N'ayant entendu que le refrain, je la trouve plutôt entraînante!
"Que ce soit un éléphant 
Ou bien un enfant
Les deux sont énervants
Maman maman
Sa maman
Il veut que je sois sa maman"

Vous pouvez en écouter un extrait ici en cliquant sur le petit icone "preview" à gauche de la chanson numéro 11.

On m'a aussi parlé de Queen Ka qui a un numéro appelé Kids qu'elle fait dans ses spectacles de poésie slam où elle dit qu'elle ne veut rien savoir d'être mère, mais je n'ai pas eu la chance de pouvoir le voir.

Et vous, connaissez-vous d'autres chansons childfree?

lundi 23 août 2010

Et si on adoptait au lieu?


Une des raisons (je l'avoue, elle est quand même mineure dans mon cas) pour laquelle je ne souhaite pas avoir d'enfant, c'est que je trouve qu'il y en a déjà bien trop déjà qui ne cherchent qu'une famille pour les adopter. À mon sens, nul besoin de procréer puisqu'il y en a déjà qui n'attendent que ça.

Il est vrai que l'adoption internationale est très chère et donc réservée aux plus fortunés.. Alors pourquoi ne pas devenir famille d'accueil au Québec? Ou à la rigueur Grande soeur ou Grand frère?

Personnellement, je n'ai jamais ressenti ce besoin d'enfanter, cet appel de l'utérus dont j'entends tant parler. Je n'ai jamais senti le besoin de m'assurer une descendance génétique ni même de participer à la survie de mon arbre généalogique. Et pourtant je suis fière de ma famille, je les aime, j'aime mon nom de famille et d'où je viens... mais j'aime encore mieux ma vie telle qu'elle l'est aujourd'hui c'est-à-dire libre d'enfant.

D'ailleurs parlant de surpopulation, une amie m'a parlé de ce site web fort intéressant (bien qu'un peu effrayant tout de même) qui s'appelle "Breathing Earth" et dénote en temps réel les émissions en CO2 de par le monde ainsi que le taux de natalité et de mortalité partout sur Terre grâce à une carte mondiale animée.

Prenez une petite minute de votre vie pour aller voir ça:

vendredi 20 août 2010

Des zones child-free dans les avions?

Lors de la rencontre childfree que j'ai organisée à Montréal il y a quelques jours, nous avons abordé plusieurs thématiques childfree et nous nous sommes même laissées aller à la franchise: parfois les enfants, ça nous agace, principalement au resto ou même dans les avions.

Les childfree sont bien connus pour être de grands voyageurs, du moins la plupart de ceux que je connais le sont, nous sommes souvent confrontés à devoir survoler l'Atlantique pendant près de huit heures aux côtés d'un nourisson qui affiche son stress de voler en hurlant à plein poumons ou devant un jeune enfant tapageur qui donne des coups de pieds périodiques dans notre siège lorsque nous tentons de roupiller.


Il semblerait d'ailleurs que nous, Nord-Américains devant se taper de longues distances pour voyager, ne sommes pas les seuls qui sommes dérangés par les bambins. Des Britanniques se sont soulevés pour demander une zone sans enfant à bord des avions. L'article parle même d'une proportion de 79% de gens en faveur de ces zones.

Je cite : "S'il y a des zones où les téléphones portables sont interdits, pourquoi pas des zones sans enfants aussi?"

J'invite donc mes lecteurs à lire ce passionnant article (anglophone) paru dans le Daily Mail britannique en 2009.


Et vous, qu'en pensez-vous? Une zone sans enfant dans les avions, c'est nécessaire? Ou devrions-nous simplement espérer que les parents des enfants qui voyagent sachent bien s'occuper de leur progéniture et les empêcher de déranger tout le monde?

jeudi 19 août 2010

Première soirée childfree montréalaise : un franc succès



Comme vous le savez toutes et tous (depuis le temps que j'en parle!), hier a eu lieu la première soirée de discussion childfree à Montréal et ce fut un franc succès!

Merci à toutes et à tous d'être venu(e)s, et surtout celles que je n'avais pas eu l'occasion de rencontrer auparavant, d'avoir eu le courage de venir rencontrer plein d'étrangers. Ce fut une soirée des plus plaisantes.

Nous étions neuf, sept femmes et deux hommes autour d'une table à discuter des enjeux qui nous sont chers soit: ce qui nous a fait prendre conscience que nous ne voulions pas d'enfants, comment les autres nous perçoivent, quelle pression vivent les hommes et les femmes, de l'incompréhension qui semble plutôt généralisée à l'égard de ceux qui ne veulent pas de progéniture et qui se font dire les sempiternelles mêmes choses: "Mais qui va prendre soin de toi quand tu seras vieille?", "Tu vas changer d'idée", "Pense à ta mère qui veut être grand-mère", etc.

Nous avons ri et chialé (pour mes amis européens, au Québec ça ne veut pas dire pleurer, mais plutôt gueuler de rage), discuté de choses et d'autres et trouvé plusieurs points communs entre autres que plusieurs d'entre nous n'en avaient rien à foutre de jouer à la pouper lorsque nous étions petites.

Malheureusement, j'ai été étourdie et j'ai carrément oublié d'apporter ma caméra pour croquer quelques moments sur le vif. Ce sera pour la prochaine fois!

Seul bémol à la soirée, la microbrasserie qui nous accueillait et que j'affectionne beaucoup était plus bruyante qu'à mon souvenir ce qui rendit les échanges parfois un peu dur à suivre. 

N'empêche que j'ai bien l'intention de refaire d'autres soirées de ce genre. J'ai beaucoup apprécié rencontrer d'autres femmes comme moi et partager bien plus sur des sujets uniquement childfree. Je propose donc de refaire de telles soirées, peut-être trois ou quatre fois par année, aux changements de saison.

D'ailleurs, si vous avez des endroits charmants (et surtout peu bruyants) à me suggérer pour les prochaines rencontres, je suis tout ouïe!

mardi 17 août 2010

Petit rappel : la soirée discussion et rencontre pour non-parents volontaires aura lieu le 18 août.

Dernier petit rappel, la soirée de discussion et rencontre pour childfree/non-parents volontaires/alliés/etc. aura lieu tel que prévu demain (mercredi, le 18 août 2010) dès 19h à Montréal.

À la microbrasserie L'Amère à boire au 2049 Saint-Denis (du côté est entre Ontario et Sherbrooke, métros Sherbrooke ou Berri-UQAM). Nous serons sur la terrasse arrière s'il fait beau (non, il fait trop froid!) ou à la mezzanine..

C'est évidemment gratuit. Il est également possible de manger en plus de prendre un verre. (Peu d'options végé par contre.)

Au plaisir de vous rencontrer ou de vous revoir.

Parlez-en à vos ami(e)s!

mercredi 11 août 2010

Maman_non_merci enfin sur Twitter !

Avis aux amateurs de ce réseau social, Maman? Non merci!, le documentaire et le blog childfree sont maintenant sur Twitter! Vous pouvez me suivre en cliquant sur le bouton ci-bas.

Follow Maman_non_merci on Twitter

mercredi 4 août 2010

Bloguer sa maternité, un billet comique d'une mère au sujet des nouveaux parents et Facebook.

Je suis tombée sur ce billet d'une blogueuse en lisant ce que mes amis de Facebook avaient à dire ce soir et j'ai trouvé que cet article valait la peine d'être partagé.

Si, comme moi, vous n'avez pas d'enfant et donc êtes un des rares hurluberlus parmi vos amis et famille à ne pas en avoir ou vouloir, vous roulez peut-être aussi des yeux lorsque vous voyez le visage de vos amis soudainement rajeunir radicalement sur leur profil Facebook, leur personne entière ayant été usurpée par le minois de leur nouveau-né.

Je ne peux m'empêcher de me dire: "Ben, franchement! C'est beau la fierté, n'as-tu plus en tant que mère d'identité propre, que tu es maintenant ton propre enfant?" J'allais rajouter que je n'ai jamais changé ma photo de profil facebookienne par celle d'un de mes chats, mais cette phrase risque de choquer plusieurs de mes amies qui elles, le font. Bref, c'est peut-être plutôt une question de personnalité. Je préfère être moi qu'autre chose.

D'ailleurs c'est autre chose ça, je n'ai jamais compris la fierté de donner naissance. Je peux comprendre qu'un parent soit fier de ce qu'accomplit son enfant, mais que sa naissance soit cause de réjouissance, je n'y comprends rien. Surtout pour les pères en fait. Je conçois que l'accouchement doit être un moment difficile à passer et qu'on est content de s'en tirer à bon compte, mais de là à exhiber son nouveau-né comme étant un accomplissement, je ne comprends pas. Peut-être allez-vous pouvoir éclairer ma lanterne sur ce point.

Bref... ça a l'air que ces comportements Facebookiens agressent même certains parents, c'est ce qu'écrit  (tout en humour) Marianne dans son billet intitulé Bloguer sa maternité: du bon usage de Facebook que je vous recommande, c'est assez rigolo, un genre de quoi faire et ne pas faire lorsqu'on devient parent et qu'on a un compte Facebook.

J'aime particulièrement l'image qu'elle utilise dans cet article:

(Je te mets au défi de mettre à jour ton statut sans parler de ton bébé.)

Et vous? Avez-vous un compte Facebook ou Twitter ou autre réseau social? Rencontrez-vous de tels comportements? Vous agressent-ils?

lundi 2 août 2010

La rencontre childfree montréalaise aura bel et bien lieu !

Laissez-moi le plaisir de vous souhaiter un bon mois d'août et m'excuser pour mon quasi mutisme du mois de juillet, mais ne craignez rien, je devrais reprendre la plume de façon plus assidue sous peu!

Je tenais à confirmer la rencontre du 18 août prochain dès 19 heures

Amère à Boire
2049 Saint-Denis (du côté est entre Ontario et Sherbrooke)
métros Sherbrooke ou Berri-UQAM

Nous avons une réservation à l'étage.
http://www.amereaboire.com

Au plaisir de vous rencontrer ou de vous revoir!