dimanche 27 juin 2010

Tournage du documentaire childfree Maman? Non merci! en cours

Samedi dernier a eu lieu le second tournage de Maman? Non merci!, cette fois-ci à Montréal.

Ce fut une rencontre des plus intéressantes et touchantes entre trois femmes et moi où nous avons discuté de stérilisation chirurgicale et du parcours du combattant qu'une femme doit affronter pour y avoir accès. Deux des femmes avaient eu une ligature des trompes alors que la troisième avait opté pour la méthode Essure qui consiste à insérer des petits implants dans les trompes de Fallope (pour en savoir plus, je vous invite à consulter la page Wikipédia à ce sujet).

Nous avons discuté de ce qui motive la prise de décision d'avoir recours à la stérilisation, du tabou autour de cette décision, de l'absence de regrets, de la réaction de médecins lorsqu'une femme choisit d'avoir recours à ces procédures et aussi de comment cette opération influence la perception d'autrui à l'égard des femmes qui ne veulent pas avoir d'enfant. Bref, j'ai déjà hâte de pouvoir partager avec vous cette belle scène dans mon long métrage documentaire.

Je n'ai malheureusement aucune photo de tournage puisque j'étais devant la caméra pendant tout le tournage, étant une des femmes à l'écran puisque je suis intéressée à en savoir davantage à propos des diverses méthodes de stérilisant, étant moi-même en questionnement quant à savoir si j'aurai ou non recours à une intervention chirurgicale.

Je tenterai donc lors des prochains tournage d'avoir un ou une photographe de plateau afin de rendre mes billets plus attrayants.

mercredi 16 juin 2010

Manger des bébés... miam miam!

C'est mon anniversaire aujourd'hui et en fouillant le Net pour trouver des beaux gâteaux, je suis tombée sur... quelques surprises.

Un dicton anglais du type: "Vouloir le beurre et l'argent du beurre" me vient en tête "You can't have your cake and eat it too". Mais par contre, il est tout à fait possible d'avoir son enfant ET le manger!
Ce gâteau a été créé par l'Anglaise Michelle Wibowo comme oeuvre célébrant la naissance d'un enfant. Je vous laisse décider si vous trouvez ce gâteau dérangeant, mignon ou pro-cannibalisme..

Celui-ci, d'une origine inconnue me fait me demander si on doit couper la tête ou les pieds en premier. Bref, je choisis d'en rire, en me demandant qui a pu songer à de tels gâteaux pour des occasions sérieuses... et non pas en ayant des childfree en tête ;)



Ce qui m'amène inévitablement à penser à la placentophagie qui est l'acte, pour un animal femelle, de bouffer son propre placenta après avoir donné naissance. Et si vous l'ignoriez jusqu'à présent, sachez que quelques humaines font de même. Et il doit certainement y en avoir assez pour justifier les nombreux sites anglophones donnant des recettes utilisant un placenta. Coeurs sensibles, s'abstenir. Je suis plutôt ouverte d'esprit et peu de choses me donnent la nausée, mais ça... oui!

Pour terminer, si vous avez aimé le premier "baby cake", vous pouvez voir en accéléré le processus de fabrication de ce gâteau!


lundi 14 juin 2010

Un nouveau look pour le blog mamannonmerci.blogspot.com

Ayant à coeur que ce blog soit facilement navigable, j'ai changé un peu son look. Mais ne vous en faites pas, tout fonctionne encore de la même manière qu'avant. Mes anciens billets sont toujours accessibles et il est plus facile que jamais de me laisser des messages avec ou sans compte Google.

Alors n'hésitez pas à commenter.

En espérant que le nouveau visage du blog vous plaise!

Magenta

jeudi 10 juin 2010

Un groupe de rencontre childfree québécois ou montréalais?

Depuis quelques mois, me trotte en tête l'idée de créer un groupe pour femmes, hommes, couples, célibataires... bref humains childfree.

Pourquoi? Parce que lors de ma recherche pour mon documentaire Maman ? Non merci !, j'ai rencontré un grand nombre de femmes toutes plus intéressantes les unes que les autres qui m'ont presque toutes dit: "Enfin, quelqu'un qui traite du sujet! Je me croyais seule." 

Et c'est vrai qu'on se sent seul(e) dans notre position de personne sans désir de procréation dans cette mer d'individus souhaitant ou ayant un ou plusieurs enfant(s).

J'ai essayé de trouver des groupes actifs déjà existants à Montréal. Niet. Nada. E-rien.

Il y a bien quelques groupes inactifs sur Facebook et un certain Google Group semble exister, mais selon ce que j'ai pu y lire, ce n'est que des messages de type "spam". Un chapitre de No Kidding existait bien à Hull/Ottawa, mais semble moribond depuis 2007

Bref... croyez-vous que je devrais créer un groupe?

Le concept vous intéresse-t-il?

Ce pourrait être un groupe du type Yahoo Groups ou Meetup.com ou tout simplement une page Web sur mon site annonçant des rencontres périodiques (peut-être à tous les x nombre de mois) où on pourrait aller prendre un verre en groupe et discuter de ce que bon nous semble.

Qu'en dites-vous?


Je suggère un groupe montréalais, sans vouloir déplaire à tous mes amis et lecteurs pan-Québec, puisqu'il serait plus facile d'organiser des rencontres dans une ville particulière plutôt que de voter à chaque fois où se retrouver. Je suis évidemment pour l'idée de créer des groupes dans plein de villes canadiennes, alors si l'idée vous tente, ne vous gênez pas! 

Faisons comme les Américains du groupe No Kidding qui ont des chapitres un peu partout, mais sans nécessairement être affiliés à cet organisme payant.

mardi 8 juin 2010

Un grand moment dans l'univers de la pub et de la non-procréation

Un ami childfree, mais je ne crois pas avoir besoin de le dire, m'a fait parvenir cette hilarante pub de Durex alliant avec brio les nouvelles technologies (les applications disponibles sur le iPhone et la peur de procréer des jeunes hommes dans la vingtaine).


J'aime l'entièreté de cette pub... sauf pour la fin où ils ont trouvé nécessaire d'ajouter "until the real magic happens", comme s'il était inévitable que tous les jeunes apeurés à l'idée de devenir père allaient inévitablement changer d'avis pour faire comme tout le monde, mais bon...

Ça donne presque envie de télécharger l'application juste pour voir la réaction des gens autour de nous.

Et vous, qu'en pensez-vous?

lundi 7 juin 2010

Incompréhension

J’ai commence à faire de l’escalade depuis quelques semaines. Et en à peine deux mois de fréquentation d’un gym spécialisé en escalade intérieure, je me suis vue me demander à deux reprises: “mais... pourquoi?”


Que certains parents amènent leurs enfants faire de l’escalade est totalement normal. À bien y penser, j’aurais adoré, enfant, pouvoir gravir avec la permission parentale, de hauts murs et me suspendre au plafond.



Ceci dit, que certains parents amènent leur poupon de moins de trois mois au gym, ça me dépasse et surtout je me demande: “mais... pourquoi?”



La première fois que j’ai remarqué la présence d’un bébé quasi naissant, c’était dans les vestiaires. Une dame s’habillait alors que son nourrisson était dans sa poussette. Étrange, me dis-je, l’enfant n’a pas encore les yeux ouverts, peut-il déjà grimper de hautes parois? 


(Je n'ai pas les droits sur cette image que j'ai trouvée sur Internet)


Par contre, hier après-midi, c’était un immense carrosse de bébé qui bloquait partiellement un mur... un carrosse occupé par un autre bébé d’à peine trois mois. Là, ça commence à être dangereux de stationner sa poussette devant la base des cordes servant à assurer la sécurité du grimpeur. J’ai dû chercher le père... qui aidait un autre de ses enfants à grimper, pour lui demander de bouger son carrosse.


Qui amène son nourrisson dans un gym d’escalade? Les gardiennes sont-elles réellement une espèce en voie de disparition? Je vote pour créer un site de rencontre pour parents et gardiennes, qu’ils puissent se trouver ainsi et donc éviter que des parents inconscients amènent dans des endroits incongrus leurs enfants.


vendredi 4 juin 2010

Enfin... la fin du tournage en Belgique!


BIENVENUE EN BELGIQUE!

C'était mon premier voyage dans ce beau pays où je n'ai séjourné que quelques heures. On s'est perdus à Tournay... et de s'exclamer Vincent, mon preneur de son: "Quand tu m'avais dit qu'on passerait la journée à tourner, c'était pas exactement ce à quoi je m'attendais..."

Fort heureusement, nous avons repris le droit chemin entre deux routes de campagne pour aller rejoindre  mon idole Isabelle Tilmant qui nous recevait chez elle.



(Un champ d'éoliennes quelque part en Picardie, France)

Je n'ai pris que peu d'images puisque nous étions déjà en retard pour le dîner (aussi, aie-je appris que dans le nord de la France ainsi qu'en Belgique, on dit déjeuner-dîner-souper et non petit-dej-déjeuner-dîner) et dès notre arrivée chez Isabelle, nous nous sommes mis à table. Je tiens d'ailleurs à souligner l'accueil de nos gracieux hôtes qui nous ont servi plein de petites bouchées et une succulente lasagne faite maison! J'ai aussi pu goûter à un délicieux vin de rhubarbe et avoir su qu'il me plairait autant, j'aurais rapporté une bouteille avec moi au Québec!

Peu après le repas, nous avons opté pour un tournage extérieur puisque la température était clémente. 





Isabelle Tilmant s'est prêté au jeu et bien qu'à l'abri du vent, nous devions prendre plusieurs pauses pour nous réchauffer au soleil... puisqu'après une vingtaine de minutes, on se mettait toutes deux à grelotter.


Isabelle Tilmant fut exactement comme je me l'imaginais: douce, articulée, élégante et possédant un petit regard rieur des plus sympathiques.

Notre entretien a bien dû durer plus de 90 minutes. Je m'étais préparé toute une liste de questions qui a tôt fait de prendre le bord et j'ai laissé l'instinct me guider de question en questions. C'était un véritable dialogue des plus instructifs et intéressants. 

J'ai d'ailleurs bien hâte d'en intégrer plusieurs parties au documentaire Maman ? Non merci ! Sa perspective de psychothérapeute sera mise en valeur et elle démystifie plusieurs théories en normalisant le point de vue des "childfree" qui ne sont pas des être anormaux.

Et lorsque le tournage fut terminé, le compagnon de vie d'Isabelle se donna comme mission de m'apprendre à jouer de l'accordéon (ce qui fut d'ailleurs un échec lamentable, malgré ma passion pour l'instrument - c'est difficile de jouer à l'aveugle!!). Je n'en garde comme souvenir que cette image où j'ai l'air d'une pro malgré mon sourire terrorisé à l'idée d'échapper cette bête!

mercredi 2 juin 2010

La Fête des non-parents en photos!



Le 15 mai dernier, j'ai eu la chance d'assister à la deuxième édition de la Fête des non-parents organisée à Paris par Théophile de Giraud et Frédérique Longrée.


C'est en arrivant dans la salle qu'on nous remet cette fameuse "médaille du mérite écologique" que j'arbore ici fièrement! Il s'agit donc d'un condom attaché à un ruban rouge.



La Fête prit un peu de temps à démarrer. Les anarchistes et artistes de surcroît ne sont pas des plus ponctuels... (Vous pouvez d'ailleurs noter ici que nous avions réservé la première rangée afin de pouvoir bien capter le son avec notre nouveau micro de location et sa fameuse moumoute!)




Puis les organisateurs appellent tous les panélistes à venir s'asseoir et la soirée a pu commencer.

D'ailleurs, ce fut une fête haut en couleur! Normal, direz-vous, pour un événement organisé par des anarchistes et où l'alcool coulait à flots... même que Théophile buvait sa bière dans un biberon! (Si vous scrutez bien l'image, vous pourrez le repérer!)


Pour être franche, j'ai été un peu surprise de la dureté de certains propos. L'ambiance était davantage à la provocation et aux débats qu'à la réjouissance et à l'acceptation. Dès les premiers instants de la discussion, Théophile invita le public à intervenir, que ce n'était pas ici une conférence, mais bien une discussion. Par contre, la première dame à intervenir fut rapidement échaudée par Corinne Maier qui lui reprocha de ne pas savoir lire et de n'avoir vu qu'un premier degré à son bouquin No Kid. Aïe!

Même que sur le panel, les invités n'étaient pas toujours tous d'accord entre eux. Ils se coupaient la parole et invectivaient parfois le public.


J'en suis restée estomaquée. J'avais eu le plaisir de rencontrer Mme. Maier le matin même et elle fut des plus cordiales avec moi. J'en ai donc déduit qu'avec toutes les caméras présentes et devant un auditoire, cette soirée était davantage un spectacle provocateur qu'une fête entre amis pour célébrer notre vie pas toujours rose.

Et la présence médiatique était plutôt lourde. Je croyais du fait être la seule à tourner un documentaire sur les non-parents volontaires... j'ai vite été détrompée! Trois dames y étaient dans le contexte d'un reportage, ainsi qu'une télé suisse-romande et une radio (France Inter).


J'ignore si c'est à cause de tous ces médias que les gens étaient un peu réticents à parler d'eux-mêmes, mais les témoignages personnels furent peu présents, éclipsés par des débats intellectuels à propos de l'environnement, de l'anarchisme et de la surpopulation

Les propos de l'environnementaliste Laure Noualhat, plus modérés, m'ont davantage touchée que ceux d'un Noël Godin (l'entarteur anarchiste) un peu ennivré qui beuglait parfois dans le micro les mêmes âneries jusqu'à ce qu'on remarque sa présence. Les organisateurs quant à eux, sont restés plutôt discrets, agissant davantage à titre de chefs d'orchestre que panélistes.

Bref, bien que j'aie grandement apprécié l'initiative d'une telle fête (et la gentillesse des organisateurs), c'est cette absence de côté festif que je déplore. Je m'attendais davantage à une célébration de nos vies qu'à un débat idéologique quant à savoir quelle était LA meilleure raison intellectuelle de ne pas procréer.

J'invite donc les organisateurs ainsi que tous ceux qui désirent observer cette fête dans les prochaines années d'y aller d'un modèle plus démocratique et humaniste où chacun parle de sa petite histoire personnelle afin qu'on puisse se sentir épaulés et non plus comme des extra-terrestres seuls dans une mer d'humains "normaux" lire ici avec désir d'enfant.

Qui sait peut-être organiserais-je une telle célébration à Montréal, l'an prochain?

mardi 1 juin 2010

Le tournage de Maman? Non merci! en France!

Bon, je suis enfn remise de mon voyage exténuant chez nous cousins français... et du rhume qu'ils m'ont donné (ah, ces maudits Français, comme on les nomme affectueusement au Québec).

Que d'aventures! Lors de notre premier jour de tournage, la caméra est tombée en panne... du moins la connexion entre le micro et la caméra, ce qui nous a énormément retardés... et nous a empêché de tourner au mythique Hôtel du nord avec Théophile de Giraud puisqu'il se faisait tard et que nous dépendions de la lumière extérieure.



Pendant la journée, nous avions heureusement pu prendre quelques plans de Paris avec mon caméraman strasbourgeois Michael Kuntz et mon apprentie preneuse de son Arihana.




Nous avons heureusement pu bénéficier de l'appartement d'un ami pour faire un tournage intérieur subito-presto avec Théophile de Giraud, mais comme nous étions vraiment dans le jus, je n'ai pas eu la présence d'esprit de prendre des photos.

Heureusement, le lendemain, nos problèmes étaient plutôt réglés et nous avons donc pu tourner aux abords du très joli Canal Saint-Martin parisien...





...ainsi qu'au Comptoir général pour cette fameuse Fête des non-parents... dont je vous parlerai dans les jours qui suivent.



Eh oui, je vous laisse sur votre faim!