vendredi 12 novembre 2010

Les sans enfant, des citoyens de deuxième classe

Dans mon précédent billet, je parlais avec photos de couvertures de magazines à l'appui, de la frénésie pro-bébé dans laquelle baignent nos sociétés occidentales.

Maintenant, permettez-moi une montée de lait (j'ai bien pesé mes mots avant de choisir cette expression).

Ce midi, c'est en écoutant Maisonneuve en direct, une tribune téléphonique sur les ondes de Radio-Canada à propos du don d'organe que je me suis rendu compte à quel point nous, gens sans enfant, sommes des citoyens de deuxième classe, à peine assez importants pour valoir la peine d'être sauvés..

Je vous résume la situation. Des auditeurs appelaient la station de radio pour dire s'ils sont pour ou contre le don d'organes (j'en profite pour dire que je ne comprends pas du tout comment quelqu'un pourrait être contre...) Bref, entre les interventions des auditeurs, des experts expliquaient leur point de vue et citaient divers témoignages: "La petite X a eu un nouveau foie." "Monsieur Y, père de 5 enfants, a pu continuer à donner de l'amour à tous ses chers enfantss grâce au don d'organe" etc, etc, etc.

Ce qui me porte à croire que s'il y a une hiérarchie d'importance des gens dans nos société, elle va comme suit: 

1) Tout en haut de la liste, il y a les enfants, quoi de plus beau, d'innocent et de merveilleux qu'un enfant. Personne ne peut le nier. 

2) Ensuite, il y a les parents. Pourquoi? Parce qu'ils ont des enfants et qu'un enfant qui n'aurait qu'un seul parent, c'est la piiiiiire des choses au monde (comme preuve< ironie> je n'ai moi-même eu qu'un seul parent et voyez dans quel état je suis! ). 

3) Puis il y a les gens importants: les stars de cinéma, les récipiendaires de Prix Nobel, qui d'autre?... Je vois pas, je crois que c'est pas mal ça.

4) Et tout, tout en bas de la chaîne alimentaire, il y a nous, les non-parents. La société s'en fout si on vit ou crève parce que de toute manière on est i-nu-ti-le, voyez-vous, parce qu'on n'a pas d'enfant à notre charge.

Bien sûr, c'est mon interprétation. Je n'essaie pas de dire ici qu'on se ferait refuser un transplant, mais qu'un peu partout, dans nombre de discours, transparait le même fait de société: les gens sans enfants ne sont pas aussi importants que ceux qui en ont.

Ça me fait chier, moi, d'être vue comme une citoyenne de seconde classe, comme une personne pas aussi bonne ou aussi spéciale que DES PARENTS.

Pensez vite. Dans un appartement en flammes il y a deux personnes: une non-mère et une maman de trois enfants. Vous ne pouvez que sauver une personne, qui choisissez-vous? Je serais prête à parier que 95% des gens (sinon plus) répondraient: "Mais la mère, voyons!" et ce, sans hésiter.

C'est donc ce manque d'hésitation qui m'horripile. N'aie-je pas droit au respect et à la considération même si je suis nullipare? 

Pour illustrer mon point, je vous recommande la visite de la section Témoignages du site Québec Transplant pour vous faire sentir super bien dans votre peau si vous êtes comme moi, "inutile à la survie humaine".

Parce que avouons-le, il n'y a qu'une SEULE manière d'être utile et de s'épanouir dans la vie... c'est d'avoir des enfants.

Rappelez-moi, on est en quelle année déjà? 1952? 1964?

15 commentaires:

Francois Tremblay a dit...

"Rappelez-moi, on est en quelle année déjà? 1952? 1964?"

Plus ça change, plus c'est pareil. On ne fait que déporter la souffrance et l'infériorité sur d'autres. Au lieu de l'esclavage, on a maintenant la globalisation néo-libérale. Au lieu de forcer les gens à faire des bébés, on a maintenant des comités de la mort (dans les compagnies d'assurance et dans les hopitaux) qui décident qui mérite de vivre (les imbéciles qui ont des enfants et n'ont pas considéré les arguments pour ou contre) et qui mérite de mourir (ceux qui n'ont pas d'enfants).

Anonyme a dit...

Au delà de votre frustration et votre haine, il est peut-être normal de prioriser un enfant ou un parent dans le don d'organe. Ce n'est pas un "méchant complot néo-libéral" ni un "méchant complot patriarcal" mais seulement le gros bon sens. Choisir de ne pas avoir d'enfant est un choi qui doit se respecter mais pas la peine de mépriser les autres qui ne sont pas comme vous:
ex.

François: "...qui décident qui mérite de vivre (les imbéciles qui ont des enfants et n'ont pas considéré les arguments pour ou contre) "

De tels sophismes ne font que nuire à votre cause et vont vous faire passer pour une bande d'hurluberlus marginaux. De plus, prôner la haine est contre la lois et ce blog peut très bien se faire fermer surtout quand ont hais un groupes d'individus sans défenses...

Magenta Baribeau a dit...

Anonyme: comment exactement est-ce proner la haine que de dire que je trouve cette loi discriminatoire?

S'il y a bien quelqu'un de haineux ici, c'est vous et votre commentaire!

Anonyme a dit...

LOL je pense qu'entre mon message et celui de François le miens est bcp plus doux et d'autres sur ce blogue utilisant les mots morveux etc. Je ne vous traite pas d'imbéciles!!! De plus, il est normal qu'un enfant soit prioritaire sur une liste d'attente pour un don d'organe!!! Le gros bon sens non???

Francois Tremblay a dit...

"Choisir de ne pas avoir d'enfant est un choi qui doit se respecter mais pas la peine de mépriser les autres qui ne sont pas comme vous:
ex."

Choisir de ne pas avoir d'enfants n'est pas une raison pour condamner quelqu'un à la mort à défaut de traitements, non plus.


"De tels sophismes ne font que nuire à votre cause et vont vous faire passer pour une bande d'hurluberlus marginaux."

Je ne vois pas comment le fait que Magenta questionne les attaques contre notre droit à la vie la rend une "hurluberlu." Je pense que vous etes confu.


"De plus, prôner la haine est contre la lois et ce blog peut très bien se faire fermer surtout quand ont hais un groupes d'individus sans défenses..."

Je n'ai aucun problème à prôner la haine contre les lois injustes et ceux qui les supportent. Magenta a peut-etre une opinion différente de la mienne dans ce cas: c'est son blogue, après tout. Mais voilà mon opinion.

De plus, vous mentez quand vous disez que les parents sont "sans défenses." En fait, vous savez très bien que les parents sont dans la majorité et ont le support de la police, contre leurs enfants. Ce sont leurs enfants qui sont les "individus sans défenses," pas les parents. Bien sur, je ne peux pas anticiper aucune sympathie de votre part pour des enfants, car dans nos sociétés les enfants n'ont aucun droit.

Magenta Baribeau a dit...

Anonyme: Je n'ai jamais contesté la priorité des enfants à être récipiendaires de dons d'organes. En fait je n'utilisais le don d'organe que comme exemple. Je suis totalement pour qu'on sauve la vie des enfants!!

Ceci dit, j'illustrais plutôt un propos voulant que les parents soient plus importants dans la hiérarchie puisque plus "importants". Je me questionne face à cette soi-disant importance en disant: n'y a-t-il donc qu'une seule manière d'être important dans la vie soit en faisant des enfants!

Et j'aimerais s'il vous plaît rappeler à tous de garder son sang froid et de ne pas insulter personne. On peut avoir un débat d'opinion et ne pas être d'accord sans s'injurier. Merci.

Francois Tremblay a dit...

"LOL je pense qu'entre mon message et celui de François le miens est bcp plus doux et d'autres sur ce blogue utilisant les mots morveux etc."

Je ne savais pas qu'on était en compétition pour déterminer qui écrit les messages les plus "doux." Je croyais qu'on était en discussion sérieuse sur un sujet assez grave, c'est-à-dire le droit à la vie d'un individu, et les 'death panels' qui les condamnent à la mort pour ne pas avoir d'enfants.


"il est normal qu'un enfant soit prioritaire sur une liste d'attente pour un don d'organe!!! Le gros bon sens non???"

On parle bien des gens qui ONT des enfants, et non pas des enfants eux-memes. Je suis d'accord qu'un enfant devrait etre en priorité, oui. Mais vous changez le sujet!

Anonyme a dit...

Vous m'avez rassuré mais votre message laisse croire que vous êtes contre que les enfants ne soient pas prioritaire.

"(les imbéciles qui ont des enfants et n'ont pas considéré les arguments pour ou contre)"

Je vous remercie beaucoup François de me traiter d'imbécile... J'ai dit que je respectait votre choix mais respecter le miens et ceux des parents. Aussi, se sont les enfants qui ne peuvent se défendre. Je faisais référence au dégoux et au mépris de certains commentaires et non les topos de Magenta

PS (en référence à d'autres topos) Moi aussi je déteste aller au resto pour avoir du bon temps et que je finis par me faire crier dans les oreilles mais n'êtes vous pas d'avis que c'est la faute des parents??? De plus ayant travailler dans un resto haut de gamme pendant mes études je peux vous dire que perso je préfèrais 100 fois mieux de servir une famille que des vieux chialeux et des snobs souvent cheap sur le pourboire

Magenta Baribeau a dit...

Je croyais avoir été claire dans mon propos puisque depuis des mois je signe mes billets en disant que je ne suis ni contre les enfants, ni contre ceux qui en ont. Donc je croyais avoir été claire... Je me relierai pour voir si je ne peux pas enlever toute ambiguité.

Quant aux restos, je suis d'accord avec vous et je le dis même dans mon billet que je ne suis pas anti enfants dans les restos, je suis plutôt anti parents irresponsables qui amènent leur enfant dans un lieu public et s'en lavent les mains. :)

D'ailleurs "anonyme" suit à cette longue discussion, vous pourriez peut-être avoir un nom?

Anonyme a dit...

Bien-sûr, Myriam Gingras et si vous voulez mon avis sur le don d'organe aux adultes ça devrait aller à celui qui a les meilleures habitudes de vie. Pour finir, je ne le prends abs pas qu'on me traite d'imbécile pcq j'ai des enfants comme la majorité des gens!!! C'est ça qui ma sauvé la vie!!! Monsieur Tremblay si vous avez fait un choix pas obligé de vomir sur les autres. Ce n,est pas ça d'ailleurs le but de se blog: le respect de choix???

Francois Tremblay a dit...

Vous avez admit avoir eu des enfants sans réfléchir aux conséquences de votre choix. Alors, ne vous plaignez pas que je vous insulte! Vous vous etes insulté vous-meme!

Magenta Baribeau a dit...

SVP que tout le monde reste poli. Je ne publierai pas les messages d'insultes. Merci.

Magenta Baribeau a dit...

Jusqu'à ce que les esprits se calment, je cesse d'accepter tout commentaire _de toute part_ en réponse à ce billet.

mickkata a dit...

Les rapports de travail fournissent aussi pas mal d'exemples de traitement "deuxième classe": les vacances scolaires sont reservés aux parents, OK, sauf que cela inclut Noël, Nouvel An, l'été, Pâques. Les sans enfants n'ont souvent pas le droit de prendre des vacances pendant ces périodes car les parents ont priorité! Pareil avec les heures supplémentraires, les parent ayant plus d'obligations! Quand on veut licencier, les sans enfants ont la priorité!;) Car ils peuvent se débrouiller zandis que les parents doivent penser aux enfants!
OK, mais ce sont des questions de choix! Quand on décide faire des enfants, on attend que l'Etat ou l'employeur nous protèges et nous donne des priorités pqrce que nous voulons agrandir NOTRE famille?!
FAisant un choic de rester sans enfants, on ne se met pas volontairement en deuxème catégorie! Et dasn les rapport de travail on prône l'égalité, non?

Anonyme a dit...

Je ne veux pas d'enfant mais pour autant, oui, je trouve naturel de prioriser en survie un parent à un non-parent, c'est du simple bon sens. On dit pas que les non-parents n'ont pas le droit à la vie, mais qu'une personne dont d'autres vies en construction sont impliquées, est logiquement prioritaire...C'est un peu le principe de "tuer une vie pour en sauver 100 000".

Sinon ya un mec que je kiffais à l'époque qui m'a sorti un truc tellement ENOOORME que je n'ai pu que hocher la tête bêtement sans rien dire.
Ce mec a un enfant et il me sort :
_ Thérèse et Gertrude (noms fictifs) je les aime bien parce-que ce sont de vraies femmes
Moi : _ Comment ça des vraies femmes?
Lui : _ Bin elles ont un enfant. On est une femme quand on a eu un enfant!
Moi : _ ......

Donc chères femmes stériles, childfree, ménopausées sans enfant, j'ai l'immense joie de vous annoncer que vous n'êtes pas des femmes! Non, non, non, vous êtes des être humains peut-être malgré tout, mais pas des femmes!