mercredi 10 novembre 2010

Idéalisation de la maternité dans les médias

Excellent article américain (donc en anglais) dont je vous recommande la lecture. Publié en 2006 dans le magazine Glamour il décrie cette mode de la grossesse qui peut être dangereuse: Infertile in a Baby-Crazed World.


J'ai déjà traité lors de précédents billets de toute cette idéalisation de la maternité dans les médias, mais je me permets d'en traiter plus longuement ici. Si vous n'aviez jamais porté attention à ce phénomène médiatique, laissez-moi vous guider avec quelques exemples de couvertures de magazines que j'ai trouvé sur Internet. Et ce n'est que la pointe de l'iceberg...

Pour lire la suite de mon long billet et voir tout plein de photos, cliquez sur "Plus d'info" ci-bas:



Alors qu'en est-il des femmes sans enfant dans les médias? « Angelina Jolie adopte son 27e enfant! », titrent les journaux. Une semaine après: « Photos nues de Madonna enceinte ». Plus près de nous, Caroline Néron pose en couverture, la bedaine prête à éclater. La semaine suivante on aura au choix: « Est-ce un « baby bump » qu'on aperçoit sur Jennifer Lopez? » « Britney Spears attend son troisième enfant. Qui est le père? » « Guillaume Lemay-Thivierge et Mariloup Wolfe attendent un enfant! » Les journaux à potins semblent avoir jeté leur dévolu sur le système reproducteur des stars. C'est la course folle aux bébés, au Québec autant qu'à Hollywood. Mais où sont les stars qui osent s'afficher childfree?

Sans parler que la maternité est selon certains une manière de se racheter. Quand des has-been ex-toxicomanes devenues maman font la couverture de magazines comme modèle à suivre, je me pose de sérieuses questions sur l'avenir de notre société! Quand d'autres magazines nous suggèrent de rester maigre (et non pas mince!) lorsqu'enceinte, je trouve qu'on est bien loin du féminisme des années 70! Et ne me parlez pas de "Octo Mom"...






Les médias idéalisent la maternité. Partout, on ne voit que ça. Je vous épargne le nombre d'images trouvées sur Internet de femmes enceintes, radieuses, le sourire fendu jusqu'aux oreilles... (Vraiment, amusez-vous sur Google Images!)

Quelle est la dernière fois où vous vous souvenez avoir vu une femme dans la trentaine ou quarantaine sans enfant à la télé sans qu'elle ne soit dépeinte comme une vieille fille ou comme une femme stérile attristée? Oh, je me souviens: Samantha dans Sex and the City. En effet, on la voit sans enfant et qui plus est, sans désir d'enfant, mais on la voit aussi caricaturée comme trouvant tous les enfants chiants et préférant le plaisir de la chair à une vie plus sérieuse. Je doute fort que toutes les femmes ne voulant pas avoir d'enfant soient aussi frivoles, riches et... sexuelles que Samantha. 

Selon Isabelle Tilmant, auteure et psychologue, la notion d'amour maternel est née au XVIIIe siècle. Depuis la création de la Fête des Mères, invention américaine datant de 1914, beaucoup de femmes sans enfant se sentent exclues par cette fête tant célébrée. Les « showers » pour bébés et les félicitations de toutes parts sont de rigueur lorsqu'une femme annonce qu'elle attend un enfant. Dans le microcosme familial, c'est en devenant mère qu'on devient réellement une adulte. Les publicités nous envoient des images de familles épanouies, heureuses et affreusement idéalisées qui en démoralisent plus d'une lorsqu'elle se rend compte que sa famille n'est pas aussi rose bonbon que celles qu'on voit sur tous les encarts publicitaires.

À force de renforcements positifs, toute femme souhaite être une superwoman. On nous fait croire que c'est possible de tout avoir : vie de couple, épanouissement personnel, enfant(s), travail stimulant, voyages, amis, argent, être une maman attentionnée et disponible, amante sexy et bien dans sa peau, etc. Ce stéréotype véhiculé par maintes stars (avec l'aide de plusieurs nannys, entraîneurs, chauffeurs...) nous fait croire qu'être une mère c'est être tout ça à la fois et que chaque femme peut être comme elle. Ce mythe en rebute aussi quelques uns.
Aux enfants, on ne pose pas la question « Si tu as un enfant un jour, comment va-t-il s'appeler? » Mais « quand tu auras un enfant, tu vas l'appeler comment? » On prépare les prochaines générations à être parents, ce qui n'est pas néfaste en soi mais leur offre-t-on le choix d'autres alternatives de vie? C'est pourquoi je fais un documenaire sur les non-parents, pour donner espoir à plusieurs femmes qui ne voient qu'un seul modèle possible: soit celui d'être mère.

9 commentaires:

Bugslady a dit...

Moi, c'est quand je vois l'existence d'émission du genre Teen mom que ça me rends malade.

Anonyme a dit...

Outre les nombreuses photos de bedaines, ce que je ne suis plus capable d'entendre (ou de lire): "depuis que je suis maman, je suis une meilleure personne", "ma vie n'était rien avant que je sois mère" et "il n'y a rien de plus merveilleux que de voir la vie à travers les yeux d'un enfant". Je ne doute pas de la véracité de ces affirmations, mais changez de disque s.v.p.

Émy a dit...

C'est rigolo de voir ces femmes au corps et au ventre parfait sur ces couvertures de magazine ! Où diable sont les vergetures, les plis que fait la peau au niveau de la cambrure du dos et sur les hanches et j'en passe ?

Ni ma maman, ni aucune de mes amies ne ressemblait à ça lors de leurs grossesses !

Moi ce qui me fait rêver, c'est l'utilisation de Photoshop sur ces photos. J'adorerais savoir faire pareil !

Simon Chalk a dit...

Voici des listes de célébrités sans-enfants.

http://www.marieclaire.com/sex-love/relationship-issues/articles/child-free-celebs

http://www.starwizz.com/les-stars-sans-enfants-3505

http://www.childfree.net/potpourri_celebrity.html

Etc....

Effectivement, c'est très dommage que personne n'en parle...

Magenta Baribeau a dit...

Simon: oui, oui, je sais qu'ils existent, j'en avais même parlé dans un de mes précédents billets.

Ceci dit, il faut quand même chercher longtemps pour en trouver 5 alors que ça prend un quart de seconde trouver 100 stars qui ont posé fièrement avec une bedaine.

Mais plus que les stars qui ont ou non des enfants, je cherche des -personnages- qui n'en ont pas! Ça, c'est rare!

Anonyme a dit...

Un personnage? Peut-être Catherine Tramell (immortalisé par Sharon Stone), disant clairement à Nick Curran qu'elle n'aime pas les enfants à la fin du film Basic Instinct? ;)
Bon... ce personnage un peu flippant n'est peut-être pas le meilleur exemple childfree qui soit, je dois admettre! :)

Pocky-chan a dit...

Hmmm...je pense que Dean Koontz est childfree,j'ai lu sur de TV Tropes qu'il ne désirait pas d'enfant,et ça a l'air vrai.

Anonyme a dit...

Moi j'ai énormément de mal avec la fameuse phrase: " Tu ne peux pas comprendre, tu n'as pas d'enfant". Comme si, le fait de porter un enfant et d'accoucher donnait accès à la sagesse ainsi qu'à toute les connaissances du monde. On est forcément moins intelligente lorsqu'on a pas d'enfant. Je trouve cela ridicule.En lisant ces mots, ici, je me rends compte qu'il y a effectivement pression sociale. Comme je suis seule à ne pas avoir d'enfant, je me sens écartée en quelque sorte. Mais alors si je dis que c'est un choix... Ouhhh "Tu ne te rends pas compte, la magie de porter un enfant, d'accoucher." ou encore " Tu changeras d'avis, tu verras". J'ai également remarqué que leur statut social semble changer. C'est un peu comme si elles montaient en grade mais que nous, restions au bas de l'échelle. J'ai ressenti aussi que lorsque je parlais de l'éducation d'enfants, on me regardait avec un peu de " tu ne comprends rien, tu n'as pas d'enfant" dans les yeux. Pourtant j'ai fait des études d'institutrice, je ne considère pas que je dise des âneries. Et en ce qui concerne les magazines, je dois bien être la seule à ne pas m'émerveiller devant les bedaines illustrées en couverture mais ce doit être parce que " je ne peux pas comprendre... Je n'ai pas d'enfant". J'ai souvent l'impression que pour être totalement acceptée par la société, il faut procréer.
Lili

Anonyme a dit...

Je suis tombée par hasard sur ce site,en cherchant je sais plus quoi sur ma grossesse. Et oui,je suis enceinte et c'est pour cela que j'ai été scotché à cet article. Je partage en grande partie ton point de vue. On nous a appris a souhaiter la maternité comme s'il n'y avait pas de choix et du coup j'ai l'impression, maintenant que je suis dans le milieu des "futures mamans" qu'il y en a plein qui veulent bien être mamans pour le statut de maman (les attentions, "ça y est je suis adulte") mais en fait elles veulent rien sacrifier...(le tabac, l'alcool, les fêtes, le confort, leurs seins..!) Pour commencer, la grossesse c'est dur, pas glamour du tout (on le dit pas assez hein!) et c'est qui viendra après....! MAis pour moi, c'est une vocation que j'ai toujours revendiqué au delà même de mes désirs professionnels mais...c'est seulement mon cas. Le pire, c'est que je connais plein de filles qui ne voudraient pas être mamans et certaines vivent mal cette pression de l'entourage, même cachée...surtout quand dans leur entourage arrive l’inévitable baby boom.
Seulement une partie de ton post me laisse un peu perplexe: je pense que l'expérience de la maternité t'ouvre à des choses que d'autres n'expérimenteront jamais...et ça on ne peut le pas nier...c'est quand même une expérience forte physiquement, psychologiquement, un vrai défis. Mais je suis sûre que les femmes qui n'auront pas d'enfants, auront des expériences et des vécus que moi, je n'aurai pas, qu'elles garderont une partie de liberté à laquelle j'ai volontairement renoncé, comme elles ont renoncé à la maternité. Mais on ne peut pas tout avoir!

Rosana