vendredi 23 avril 2010

Les conversations de mères

Raison numéro 23 pour laquelle je ne veux pas avoir d'enfant: les conversations de mères.

Hier soir, j'étais au resto avec mon copain. Une belle soirée dans un resto thaï que nous aimons bien. On se récompensait ainsi d'une dure journée de labeur et de frustrations. 

Le resto est quasi désert. Seule une autre table est occupée par quatre femmes dont les identités se cachent derrière le paravent nous séparant. On ne peut s'empêcher d'écouter leur conversation, car elles parlent plutôt fort et leurs mots parviennent à nos oreilles sans grand effort de notre part.

Elles parlent de leurs enfants. "Ma Juliette aime... tandis que Charlotte préfère..." "Ah, mon petit-dernier est tellement mignon quand..." Au début, c'est anodin. Quatre femmes se donnent des nouvelles de leurs vies centrées autour de leur travail et de leurs enfants.

Par contre, au fil du repas, alors que nous dégustions notre soupe au lait de coco, la conversation s'intensifie et les détails se multiplient.

"Ah, j'ai adoré allaiter!" "Quand j'ai accouché, j'ai senti..." "On a eu tellement de problèmes avec les couches du dernier..." La conversation devenait fécale et comme disent les Américains TMI (too much information). Puis: "J'aime tellement être mère"... 

C'est à ce point que je ne peux m'empêcher de dire à mon copain, d'une voix assez forte: "Moi, j'adore tellement ça ne pas être mère, que je continue de le faire à chaque jour!"

Malheureusement, je ne crois pas que mes voisines m'aient entendue.

Je comprends qu'entre filles, on ait besoin de se confier. Surtout lorsque tout le monde est mère, on se raconte des anecdotes, on se rassure, on se vante, etc. Mais franchement, ces conversations m'ennuient au plus haut point. Je n'imagine pas le changement qui pourrait s'opérer en moi pour que je veuille confier à mes amies que je me suis extasiée lorsque ma fille a fait caca dans le bain. La honte, plutôt!

Je n'essaie pas de dire ici que les conversations de mères n'ont pas leur place, mais ça m'a tout simplement fait réfléchir à leur inintérêt total pour moi. Même mes amis qui ont des animaux domestiques comme moi, je ne peux parler de mes chats (que j'adore) pendant plus de 5 minutes voire 10 sans vouloir changer de sujet. Je ne suis simplement pas du type gougou-gaga et surtout pas du type qui aime crier à tous vents la dernière chose adorable qu'a fait mon petit dernier (chat...)

Bref... raison numéro 23 pour laquelle je ne veux pas avoir d'enfant: je ne veux pas sombrer dans les conversations de mères que je trouve atrocement inutiles et emmerdantes. C'est dit.

4 commentaires:

Anonyme a dit...

maRien de plus emmerdant et plate qu'une conversation de "momans". J'ai 37 ans, mariée depuis dix ans et pas de chérubins, mais la plupart de mes amies en ont. Parfois, je dois me taper le récit des exploits fécaux de leurs chéris, et c'est une torture pour moi. En effet, je dois me concentrer très fort pour ne pas tomber dans le coma pour cause d'emmerdement majeur, sans parler de la lutte incessante entre mon cerveau et ma machoire afin que cette dernière ne se décroche pas pour cause de baîllement chronique d'ennui. Dans ce temps-là, je me dis qu'elles sont bien loins, nos années rock and roll. Vous avez remarqué la profonde fascination qu'a une mère pour la merde, l'urine et le vomi de son enfant? Et avec qu'elle joie elle n'hésite pas à nous partager ces fabuleux "exploits" d'excrétions de leurs chéris. Ah mais j'oublie, ce ne sont que des enfants,c'est pas dégueux, mais pourquoi j'ai mal au coeur tout d'un coup?

Magenta Baribeau a dit...

On est tellement dans une société pro-bébés qu'il faudrait s'extasier devant les défécations des petits chérubins... je trouve ça honteux.

Oui, je peux comprendre qu'avoir des enfants change une vie et que les mères peuvent avoir envie de parler de leur expérience... mais doit-ce monopoliser les conversations pendant des heures?

Adéloise a dit...

J'ai, pour ma part, décidé de faire un grand ménage dans mon entourage....Je considère que je n'ai pas à endurer ce type de conversations....Il faut se tenir debout et simplement leur mentionner que tout ce babillage ne nous intéresse pas....au risque de perdre quelques amies ou connaissances....tant pis!!

Anonyme a dit...

Moi je suis maman d'un enfant. Et j'ai perdu beaucoup d'amies mamans... parce que je déteste ces conversations en pilote-automatique! Je me sens vaine si je m'entends parler comme ça, et du coup je suis réticente à sortir avec des mamans... heureusement la plupart de mes amies n'ont pas d'enfant! Je trouve ça rabaissant et très humiliant. Du caca, du pipi, des dents qui sortiront quand (quel intérêt de savoir à quel âge les dents d'un bébé inconnu sont sorties?!) des heures et des heures... Vous ne mentionnez pas cela mais lorsqu'on est enceinte, dans les fêtes on se fait aborder par des femmes enceintes et abandonner avec des petits airs entendus "vous devez avoir des choses à vous dire". On se retrouve forcément placées au restau à côté d'une maman parce qu'il est bien évident qu'on ne sait plus ce qu'est la musique ou le cinéma. J'ai déjà marqué ma désapprobation à un petit groupe d'inconnues à qui on m'a présentée comme une nouvelle maman. Elles m'ont bombardée d'informations de leurs propres rejetons. "ah, j'entends qu'on parle d'un bon concert où je suis allée, je vous laisse"
arf!
merci pour ce blog :)