mardi 16 février 2010

Le Jour de la famille ontarien

Au risque de choquer mes amis parents, j'ose exprimer mon doute quant à l'utilité du Jour de la Famille. En effet, hier avait lieu la deuxième édition du Jour de la Famille en Ontario et plusieurs bénéficiaient d'un congé payé par leur employeur pour passer du bon temps en famille.

Bien sûr, les non-parents peuvent utiliser ce jour de congé supplémentaire pour faire les courses, flâner au lit ou rêver de trouver un traitement contre le cancer, mais reste que ce congé peut être perçu comme exclusif. Pour les non-parents involontaires, ce congé peut être un rappel de leur infertilité douloureuse alors que les childfree le verront comme une autre occasion pour les familles de montrer la "normalité" de leurs choix de vie.

Ce n'est sans parler du poids économique d'un congé payé supplémentaire pour le gouvernement de l'Ontario ainsi que plusieurs PME.

Qu'en pensez-vous?

Et pour finir... une belle photo de la famille de George W. Bush, gracieuseté du site Awkward Family Photos

3 commentaires:

bugslady a dit...

J'avoue que je ne vois pas l'utilité de cette journée, du moins de cette appellation, car ce n'était journée de la famille que pour l'Alberta et l'Ontario, au Manitoba c'était journée Louis Riel.
Tant qu'à ça pourquoi pas une journée de congé pour les célibataires afin qu'ils passent une journée à rien faire. ;-p

En passant, je ne sais pas si c'est moi, mais me semble que depuis quelques années, ils y a beaucoup de ressources pour les parents afin qu'ils élèvent le mieux possible leur enfants ou les corrigent si ils sont mal partie. Avions nous des dr. Nadia, émissions pour "corriger" les gamins capricieux, livres sur comprendre son enfant etc, à notre époque?
Sommes nous pour autant aussi amoché que celà ?

m* a dit...

je crois que la journée de la famille était plutôt une solution économique pour être de pair avec les états-unis et la presidents day, qui tombe la même journée.

Magenta Baribeau a dit...

Oui, sûrement, c'est un bon argument. Reste que nous avons suffisamment de congés différents (Thanksgiving entre autres) pour ne pas être en reste pour une journée de plus ou de moins... mais bon.