jeudi 4 février 2010

"Bien non, tu vas changer d'idée!"

Le très célèbre "Bingo des parents chiants" se trouvant sur plusieurs sites "Childfree" m'amuse toujours beaucoup. En tant que femme trentenaire sachant pertinemment bien que je ne veux pas d'enfant(s) et n'en voudrai jamais je trouve ce bingo fort à propos. En effet, on m'a servi au moins une demi-douzaine de ces répliques au cours des dernières années.

En effet, c'est considéré comme complètement farfelu que je puisse savoir hors de tout doute à seulement 31 ans et trois quarts (oui, oui, 31 et 3/4!) que je ne veux et voudrai jamais être mère. On pense toujours que je vais inévitablement changer d'avis. Imaginez un moment que j'aie raison et que je me connaisse assez après avoir vécu assez intimement avec moi-même depuis près de 32 ans pour pouvoir affirmer qu'en effet la vie de mère ne m'intéresse pas le moindrement. Et pas qu'aujourd'hui. Pardi, je ne me suis pas réveillée un matin, récemment en me disant: "Tiens donc, je n'aurai pas de bébé aujourd'hui." C'est un long processus de réflexion qui s'est enclenché en mon for intérieur avant que je sois en mesure de clamer haut et fort que non, les enfants, ce n'était pas pour moi.

Je n'ai tout simplement jamais voulu d'enfant. Pourquoi? Parce que ça ne m'intéresse pas le moins du monde. Peut-être en effet manquerais-je de beaux moments où le sourire de mon enfant sera la plus belle chose au monde. Oui. Et puis après? Je manquerai aussi beaucoup d'autres belles choses. Je ne serai probablement jamais pilote d'avion. Je ne vivrai probablement jamais sur une plage près d'une des mers du Sud. Bien oui, faut faire ses choix et j'ai fait les miens.

Maman? Non merci. Pas pour moi. Pas maintenant, pas dans dix ans. Je vais oser dire quelque chose de choquant : "Les bébés, ça m'énerve. Je trouve très rarement ça cute, et très souvent ça me dérange." J'ai l'impression d'être réaliste en disant qu'avoir un enfant change une vie... et ne la change pas de manière qui m'intéresse. Parler couches et coliques, pas avoir le temps de ranger sa maison, des jouets partout, courir après le petit qui découvre le monde, amener la petite à l'école, ensuite aux cours de nage, faire les devoirs... Ouf! Juste à écrire ça, je suis essouflée. Très peu pour moi. Désolée, j'ai d'autres plans de vie qu'être une bonne.

Et au juste, pourquoi est-ce inconcevable que je refuse la maternité? À mon sens, l'horloge biologique est un mythe inventé par la société moderne afin de culpabiliser celles qui n'avaient pas encore eu d'enfant à 30 ans.



C'est vrai que la société nous forme toutes dès le plus jeune âge à devenir d'éventuelles mères. Mais il est possible de choisir une autre vie que celle-là, une vie bien remplie et pas plus égoïste qu'une autre. Une vie d'épanouissement, de romance et de calme. Ça m'a l'air bien plaisant tout ça.




3 commentaires:

Anonyme a dit...

Salut! Tu as oublié aussi "Imagine ceux qui ne peuvent pas avoir d'enfants!".
On me l'a sorti quelque fois celle là.

Magenta Baribeau a dit...

Oui, c'est vrai, merci de me le rappeler! Un peu dans le même genre que "Finis ton assiette, pense aux petits Africains qui ne mangent pas."

Anonyme a dit...

Salut, c'est fou comme moi aussi j'ai entendu toutes ces répliques bien que je vive dans un autre continent

Une nouvelle réplique qu'on me dit depuis que mes neveux sont nés: "au moins tu aura eux pour t'en occuper" (accompagnée par un triste mouvement de la tête).